Pourquoi n’y a-t-il pas plus de femmes dans l’Histoire de l’art ?

simona-bartolena-femmes-artistes-de-la-renaissance-au-xxie-siecle-o-207011760X-0En 1971, l’historienne de l’art Linda Nochlin, dans un article publié dans Artnews, lance un défi aux historiens de l’art: « Pourquoi n’y a-t-il pas de grandes femmes artistes ? » Linda Nochlin rejette tout d’abord le présupposé d’une absence ou d’une quasi absence des femmes dans l’histoire de l’art à cause d’un défaut de « génie artistique », mais n’est pas non plus partisane de la position féministe d’une invisibilité des femmes dans les ouvrages d’histoire de l’art provoquée par un biais sexiste de la discipline.

Pour Linda Nochlin, la présence moindre des femmes dans l’histoire de l’art s’explique par le fait que celles-ci se sont simplement vues écartées de l’apprentissage et de la pratique de l’art pour des raisons historiques et culturelles. Néanmoins, bien qu’en Europe, depuis les temps les plus anciens jusqu’à la période contemporaine, les arts visuels étaient en très large majorité le fait des hommes, les femmes ont bel et bien joué un rôle dans la production artistique.

Au cours des dernières décennies, les historiens de l’art, et, surtout, Griselda Pollock, ont tenté de redécouvrir les biographies des femmes artistes, de signaler leur contribution magistrale à l’art moderne et postmoderne et de les incorporer à l’histoire de l’art. En 2006, le livre Women Artists at the Millennium, issu de la conférence « Pourquoi n’y a-t-il pas de grandes femmes artistes ? – 30 ans après » montre le changement obtenu depuis les années 1970.

Plusieurs problèmes s’érigent face à qui veut tracer les contours d’une histoire des femmes dans l’art. Le tout premier est, pour de nombreuses époques, la pénurie en données biographiques sur les artistes. Ce manque de données est d’autant plus criant pour les biographies féminines, qu’elles ne représentent historiquement qu’une minorité parmi les artistes…