Zaha Hadid, architecte

imagesCASH23SQLa piscine des Jeux olympiques de Londres c’est elle ! Une femme architecte d’une telle envergure c’est plutôt rare… Mais qui est Zaha Hadid? Elle est née en Irak et a étudié l’architecture à Londres. Elle a travaillé avec Rem Koolhaas avant de créer sa propre agence à Londres en 1980. Elle est la première femme à obtenir le prix Pritzker en 2004, l’équivalent du Nobel pour l’architecture… En 2006, une rétrospective de son œuvre a eu lieu au Guggenheim Museum de New York, honneur qui n’avait échu, avant elle, qu’à un seul architecte.

Zaha Hadid n’a cessé de repousser les limites de l’architecture urbaine. Son style se caractérise par une prédilection pour les entrelacs de lignes tendues et de courbes, les angles aigus, les plans superposés, qui donnent à ses créations complexité et légèreté. Elle bannit toute idée de bâti à angle droit. Prône les formes fluides, flottantes, sinusoidales. Des diagonales, des stalactites, des torsions ou des strates. Elle fait rêver et croire à une nouvelle manière de vivre, située à la jonction de l’architecture, de l’art et du design.

« Je pense qu’à travers notre architecture, nous pouvons donner un aperçu d’un autre monde, enthousiasmer, proposer des idées, captiver. Notre architecture est intuitive, radicale, internationale et dynamique. Notre intention est de construire des bâtiments qui évoquent une expérience originale, une forme d’étrangeté et de nouveauté comparables à la découverte d’un nouveau pays.» (Zaha Hadid)

Le travail de Zaha Hadid est considéré comme appartenant au courant architectural déconstructiviste, cette tendance moderne fondée par le philosophe français Jacques Derrida dans les années soixante-dix. Cette école, qui comprend des grands noms d’architectes, rejette la version classique de l’architecture et se rapproche des arts plastiques et de la peinture abstraite.

Zaha Hadid est connue pour l’aspect imaginaire de ses conceptions difficiles à mettre en oeuvre, d’autant plus que ces bâtiments comprennent des structures bizarres : obliques, en zigzag et qui se chevauchent.

Concernant son succès, elle dit : «C’est le produit de plusieurs expériences humaines au cours de ma vie ; peut-être que tout revient à ma personnalité forte et ordonnée plus qu’à mon identité ou le fait que je sois une femme. Oui, j’ai réussi, mais la route n’était ni facile ni parsemée de roses ; c’est le résultat d’un très long combat. Au début, j’étais une acharnée de boulot et je travaillais de jour comme de nuit».

musee-d-art-contemporain-cagliari-234247      BMW Welt MŸnchen