Wangari Maathai, celle qui plantait des arbres …

imagesCAG1MCA3Wangari Maathai, décédée en 2011, était la femme qui plantait des arbres. Née au Kenya, Wangari Muta Maathai était une militante féministe, pacifiste et écologiste. Biologiste, enseignante, elle est devenue en 2004 la première femme africaine à recevoir le prix Nobel de la paix pour «sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix». Elle a créé le Mouvement de la ceinture verte – Green Belt Movement – le plus grand projet de reboisement d’Afrique. Malgré les brutalités policières, des harcèlements, la prison, en ardente militante, jamais elle n’a cédé.

Avec le Green Belt, elle voulait « promouvoir le respect des droits de l’Homme, la bonne gouvernance et la démocratie », à travers la protection de l’environnement. À sa création, l’ONG n’employait que des femmes, occupées à replanter des arbres dans les forêts dévastées. Depuis, des hommes sont venus grossir les rangs. Grâce à son ONG, 40 millions d’arbres ont été plantés.

À travers son histoire personnelle, elle a démontré que des gestes simples suffisent parfois à susciter de profonds bouleversements sociaux et politiques. Elle affirmait : «Nous n’avons le droit ni de fatiguer ni de renoncer.»

Son combat : « La paix, ce n’est pas seulement l’absence de guerre et de coups de fusils. Il peut aussi y avoir des guerres silencieuses quand on élimine des espèces vivantes de la planète, quand on empêche aux gens de vivre dignement. Ce sont les guerres de demain. »