Les manuels scolaires pro-garçons ?

imagesCAC2N0LUSi l’on considère qu’il y a sexisme quand les textes et les illustrations des manuels scolaires décrivent les hommes et les femmes dans des fonctions stéréotypes qui ne reflètent pas la diversité des rôles, le sexisme est effectivement bien présent dans les manuels selon une étude du CEMEA (un organisme spécialisé de l’éducation) en Belgique. En effet,  voici les principaux constats de cette étude: les garçons sont sur-représentés par rapport aux filles: il y a une majorité de prénoms masculins. Il y a beaucoup de héros pour peu d’héroïnes: 87 % des personnages célèbres proposés aux élèves dans les manuels sont des hommes. Etre écrivain, c’est un métier majoritairement masculin (à 86%). Un adulte en présence d’un enfant ? Sept fois sur dix, c’est une femme. « Les filles à l’intérieur, les garçons à l’extérieur » : les filles-femmes sont majoritairement associées à la sphère privée, les garçons-hommes sont majoritairement associés à la sphère publique. De plus, les femmes sont présentes dans la sphère publique presque une fois sur trois accompagnées d’un homme.. 81 % des noms de métiers cités dans l’ensemble des manuels n’ont été écrits qu’au masculin, pour 15 % de métiers au féminin. Pour les hommes, des métiers liés à la force ou au courage, à la prise de responsabilités et de décisions alors que les femmes qui travaillent exercent principalement les professions de cuisinière, couturière (ou costumière), décoratrice, artiste, infirmière ou institutrice, soit des métiers liés à l’esthétique, aux soins, aux tâches ménagères professionnalisées et à l’éducation. Les qualités assignées aux garçons tournent autour des notions de courage, de force physique et affective ; celles assignées aux filles tournent autour des notions de sensibilité physique et affective et de beauté..

Nous savons à quel point les manuels scolaires ont une influence particulière dans la vie d’un enfant. Ceux-ci sont en effet sensés apporter une vision du monde réaliste, ouverte et contemporaine. Un enfant s’identifie à ce qu’il lit, il développe son opinion sur la société selon les modèles qu’on lui propose, et ce d’autant plus dans le cadre de l’école qui apporte des repères et des valeurs pour la vie entière.. Ainsi, comment expliquer à un enfant qui apprend à lire et écrire durant des années dans ce type de manuels rétrogrades que le sexisme est totalement dépassé de nos jours ? Nous devons donc rester attentives à la représentation de la société qui est véhiculée auprès de nos enfants et ne pas hésiter à ouvrir régulièrement le débat.. Faisons en sorte que nos enfants n’arrivent pas à l’âge adulte enfermés dans des modèles sexistes, ce seront des années de gagnées pour la suite..