Comment faites-vous pour accepter les autres tels qu’ils sont ?

imagesCAPHEDG8La réponse à cette question est dans mon cas la suivante : j’apprends d’abord à m’accepter moi-même, j’apprends à regarder les autres comme j’aimerais être moi-même regardée, c’est-à-dire avec bienveillance, humour et tolérance !

Accepter les autres tels qu’ils sont, à mon sens, c’est être capable de se mettre à la place des uns et des autres, c’est garder en tête leurs qualités, leurs atouts, les choses agréables qu’ils font ou disent. C’est faire preuve d’ouverture, de réceptivité : s’intéresser à un autre avis ou comportement, y voir un enrichissement de sa propre perception ou pensée. C’est reconnaître aux autres leur originalité, leur côté unique. Et c’est aussi lacher prise : ne pas attendre une chose précise de leur part, laisser la liberté à chacun d’avoir sa propre vision du monde, d’évoluer, d’être contradictoire, d’avoir même tort à mes yeux, car après tout, tout est relatif !

Accepter l’autre tel qu’il est, c’est lui permettre de se sentir en confiance, de se sentir valorisé et aimé sans conditions.

Et si le comportement des autres me déplaît, je me pose les questions suivantes : ‘est-ce si grave ?’, ‘un tel comportement est-il le résultat d’une frustration, d’une peur, d’un complexe ?’, ‘qu’est-ce que cela révèle chez moi ?’. Généralement, en tentant de répondre à ces questions, je prends du recul et j’y vois plus clair. Il est évidemment plus facile de juger et de ne pas tenter de chercher le ‘pourquoi’ derrière un mot, un regard, un comportement déplaisants. On remarque que souvent ce que l’on n’accepte pas chez l’autre est lié à ce que l’on n’accepte pas chez soi-même. Personnellement, il m’est très difficile de supporter par exemple l’agressivité verbale, or, voilà justement quelque chose que je ne me permets pas, car cela correspond, à mon point de vue, à une perte de sang-froid. Or, pour un(e) autre, l’agressivité peut être vue comme une manière franche de s’exprimer, et donc cela n’aura pas du tout le même impact ! On apprend donc, en étant tolérant vis-à-vis des autres, à relativiser et à ne pas prendre les choses personnellement..

Dans le cadre du couple et de la famille, accepter l’autre tel qu’il est, c’est accepter qu’il ou elle ait sa propre façon de gérer ses sentiments, envies et désirs. C’est voir au-delà des mots, des gestes, reconnaître le message sous-jacent, être intuitif et respectueux de ce qui se trame pour l’autre.

Dans le cadre de l’amitié, accepter l’autre tel qu’il est, c’est entrer en complicité, permettre les confidences et des échanges toujours francs et pourquoi pas parfois vigoureux ! J

Dans le cadre professionnel, accepter l’autre tel qu’il est, c’est .. parfois difficile J surtout dans les liens hiérarchiques il me semble.. Là plus que jamais, il faut essayer de prendre du recul et de se demander : ‘est-ce que je ferais mieux à sa place.. ?’ peut-être différemment mais au final, qu’en est-il ?

Et si finalement il ne s’agissait pas d’autre chose que de s’accepter soi-même tel que l’on est, les autres étant parfois un reflet de nous-mêmes..

Voulez-vous donner votre opinion sur le sujet ? Voici le lien vers celui qui a proposé cette réflexion : http://www.mediter-pour-etre-heureux.com/a-la-croisee-des-blogs-edition-n-55/