Nous, les femmes, aimons-nous notre corps ?

9_k3fpuChères lectrices, partagez-vous avec moi le sentiment que chaque femme a un rapport particulier avec son corps, un regard bien à elle, pas forcément bienveillant.. Je connais peu de femmes qui n’ont aucun complexe physique.. Nous sommes souvent les premières à le juger. La tentation est parfois même grande de le cacher à notre propre regard tant il répond insuffisamment à nos attentes. Il est en effet souvent difficile de l’accepter tel qu’il est aujourd’hui. Nous le fantasmons ou restons nostalgiques d’un temps où il nous comblait. La pudeur est-elle davantage le reflet d’un sentiment de gêne qu’une peur de se dénuder?  Loin des clichés, il n’existe pas ‘un’ corps de femme, mais tant de formes différentes, autant de personnalités, d’histoires et de vécus différents.

Pourquoi séparer notre mental de notre corps? Comment atteindre une harmonie corps-âme-esprit? Etre bien dans sa tête, est-ce être bien dans son corps? Ou l’inverse? Le corps, dans certaines civilisations, est une source de respect infini car il est notre lien avec le monde naturel, avec celui des esprits et donc l’embellir, le garder au mieux de sa forme n’est pas une contrainte mais une ode à la vie.

Faire la paix avec son corps, lui être reconnaissant de tout ce qu’il nous a permis jusqu’à présent, lui donner de la tendresse, de la douceur, il nous le rendra au centuple! Plutôt que de répéter des gestes mécaniques envers lui, profitons de chaque instant où nous le choyons, amenons de la ‘pleine conscience’ dans nos gestes de soin quotidien, ressentons le bien que nous nous faisons! Soyons plus souvent dans le plaisir!

Jane Goodall a bien raison de dire que ‘nous sommes ce que nous mangeons’ (je parlerai de son ouvrage dans un autre article). Si l’alimentation joue un rôle prépondérant dans la manière dont notre corps évolue au fil du temps (en prendre soin c’est aussi lui donner le meilleur de la nature), le stress, le sommeil, les activités sportives, l’amour qu’on lui donne et qu’il donne lui aussi!, sont essentiels. Nous savons toutes ce qui lui fait du bien mais pourtant nous le maltraitons parfois.. La faute aux contraintes, au temps qui manque, à la fatigue et aussi la faute au peu de place que nous laissons dans notre vie au sens du toucher or c’est le sens qui est le plus développé à notre naissance et même déjà dans le ventre de notre mère. Renouer avec la faculté de sentir via notre peau c’est bien plus profond qu’il n’y parait. Notre société occidentale confond trop souvent sensualité et sexualité. Le massage, porte d’entrée pour se rencontrer, est une pratique très répandue dans différents pays, entre membres d’une même famille, entre femmes, entre générations. Un transfert réciproque d’énergie, une autre manière de nourrir notre corps.

Pour certaines, la découverte de leur corps passe par la rencontre avec l’autre: une relation amoureuse, une grossesse, et voilà que le corps se dote d’une vie insoupçonnée jusqu’alors. Or, se connaître c’est partir aussi à sa propre découverte. Le regard de l’autre peut être bénéfique, peut aider à ‘apprivoiser’ notre corps, mais il peut être aussi limitatif ou exigeant. La vision d’un homme sur le corps d’une femme peut être restrictive ou au contraire sublimante ! A nous de faire la part des choses: notre regard ne doit pas se perdre dans celui des autres. Par ailleurs, hommes et femmes semblent avoir un rapport différent à leur corps. Les femmes sont-elles pour autant plus à l’aise quand elles sont ‘entre-elles’? Comment regardons-nous les autres femmes? Comment nous sentons-nous regardées en retour? Si chacune véhicule ses propres complexes, difficile d’être totalement sereines ensemble..

Notre rapport avec notre corps en dit aussi souvent long sur notre rapport avec nous-mêmes: osons-nous prendre toute notre place? Est-ce lui qui veut prendre toute la place (que nous lui laissons consciemment ou insconsciemment)? Quel regard voulons-nous susciter via notre corps? Quelle démarche, quel maintien nous décrivent le mieux? Quelles parties de notre corps nous plaisent le plus? le moins?  Un corps, c’est aussi une manière de se mouvoir, d’investir cet espace qui nous entoure. Ressentez la présence physique de certains comédiens et comédiennes, de ces danseuses, chanteuses ou toute personne qui est face à un public, parfois on ‘sent’ leur présence avant même qu’ils (elles) apparaissent sur scène..

Si nous sommes mamans, soyons attentives à ce que nous transmettons à nos enfants .. Leur faire prendre conscience de leur présence physique est déjà énorme .. Leur donner confiance, les encourager à se sentir bien dans leur ‘peau’, ce sont des cadeux pour la vie entière !

Nous sommes de plus en plus attentives à nos mode de pensée, à nos comportements, nos objectifs personnels. N’oublions pas dans cette quête d’harmonie et d’équilibre que notre corps est un allié et non un adversaire.. Aimons notre corps, ressentons-le, faisons-le participer pleinement à notre vie psychique via tous nos sens, focalisons-nous sur ce qui nous y plait le plus, il rayonnera de mille feux !!