Vive les femmes chefs !

imagesCAF8RCZLUn métier d’homme ‘chef’ ? Non, il y a des femmes ! et de plus en plus ! La cuisine des ‘cheffes’ ! Rougui Dia est l’une des rares femmes chefs de Frane. Aujourd’hui, à 37 ans, elle s’apprête à diriger les cuisines au sein du tout nouveau Buddha-Bar Hotel à Paris ! Bravo ! Certaines chefs sont très drôles, comme Babette de Rozières ! Son parcours est plutôt atypique. Suite à l’obtention d’une licence d’histoire-géo, elle entame une carrière audiovisuelle en devenant scripte, speakerine en Guadeloupe et assistante de production à l’Office de radiodiffusion télévision française. Mais suite au démantèlement de l’ORTF, elle débute sa carrière culinaire et ouvre un premier restaurant! Je l’ai découverte dans l’émission ‘C’est à vous’ de France5. Son sourire, son charme, son humour et ses petits plats sont craquants !

En France, actuellement, seulement 25 % des cuisiniers professionnels sont des cuisinières et la restauration haut de gamme ne compte que 10% de femmes. Après la première moitié du 20ème siècle, où le phénomène des « mères cuisinières » était assez répandu, les femmes disparaissent des cuisines de la haute gastronomie française. Les conditions de travail, les horaires, l’ambiance réputée plutôt macho et très tendue a longtemps expliqué l’absence des femmes dans les cuisines mais les temps changent.. doucement.. Certaines ont jeté l’éponge après des années d’expérience pour trouver un meilleur équilibre, d’autres au contraire sont devenues maîtres à bord de leur restaurant. La médiatisation des grands chefs, les émissions de télé-réalité, le succès des cours et des livres de cuisine, tout cela a rendu la cuisine plus créative que jamais. Ce phénomène attire une nouvelle génération de jeunes femmes. Il ne s’agit plus de jouer les seconds rôles !

Devenir chef en cuisine vous tente ? On peut apprendre le métier en embrassant un parcours classique (une école hôtelière), mais un nouveau profil émerge : après des études parfois très éloignées de la restauration, certaines font le choix d’une réorientation, parfois soudaine, vers les métiers dits ‘de bouche’. Certaines choisissent des formules plus ‘lights’, avec des horaires compatibles avec une vie de famille, dans une ambiance conviviale et chaleureuse, loin des batailles télévisées ! Cela nous donne l’eau à la bouche n’est-ce pas ?