On ne peut pas être heureuse tout le temps..

imagesCAJTOBO3.. Tel est le titre d’un ouvrage de Françoise Giroud, je reprends ici ses propos: « Qu’est-ce qui m’empêche d’aimer ma vie ? Voilà la question la plus dangereuse, mais aussi la plus constructive qu’on puisse se poser à certains moments de l’existence. La réponse peut vous conduire à faire tout valser, ou changer de métier et décider d’habiter seule avec votre chat, par exemple. Dans la vie, rien n’est jamais joué si l’on se refuse à subir, à être l’objet des autres. Tant bien que mal, avec des succès, avec des échecs, je me suis gouvernée quasiment depuis l’âge tendre; j’ai connu de grandes douleurs, de grands malheurs- on ne peut pas être heureux tout le temps, de grandes amours, des honneurs aussi…En fait, ce sont les premières quarante années qui ont été les plus dures… Quarante, oui. C’est absurde de croire que l’on est heureux parce qu’on est jeune. L’élan vital, c’est superbe. Ca ne suffit pas à vous dire ce que l’on fait sur terre. »

Voilà qui remet les choses en place à l’heure où l’injonction d’être heureuse à tout moment est plus forte que jamais. La vie, ce sont des cycles et il y a toujours des moments plus agréables et d’autres beaucoup moins, ces moments se succèdent continuellement. Le bouddhisme enseigne que l’imparmence des choses doit nous permettre de relativiser ce qui nous arrive, les événements joyeux, la souffrance, le manque. Rien ne dure. Par contre, ce qui peut durer, c’est de rester dans un état d’esprit ouvert à ce qui arrive. Avoir un état d’esprit tel que l’on prend tout ce qui arrive avec ‘philosophie’, on y cherche des choses à apprendre sur soi. Souvent, je chante: ‘Dans la vie, faut pas s’en faire, moi, je ne m’en fais pas, toutes ces petites misères seront passagères, tout ça s’arrangera !’