Quand faire un enfant ?

126651436_amazoncom-its-time-to-have-a-baby-when-sandy-kreisberg-Les statistiques indiquent que la fertilité des femmes baisse à partir de 35 ans et très fortement après 40 ans. Nous ne pouvons ignorer cette réalité lorsque nous choisissons de faire ou pas un enfant. Un cap « fatidique » ? Les études indiquent qu’après 38 ans ce sera plus difficile et que l’assistance médicale à la procréation (AMP) n’y pourra pas forcément grand chose car celle-ci est influencée strictement par la fertilité naturelle et donc l’âge. Pour exemple: 10 à 15% de réussite après 40 ans.

Aujourd’hui, une naissance sur vingt est le fruit d’un traitement médical d’aide à la procréation. Grâce aux avancées de la recherche, les couples  infertiles ont des solutions: la fécondation in vitro, le don de sperme ou d’ovocytes, ou la gestation pour autrui (GPA).

Le professeur François Olivennes, gynécologue depuis plus de 20 ans, spécialiste des traitements de l’infertilité, dans son ouvrage Faire un enfant au XXIe siècle, expose avec finesse et sincérité les dilemmes que suscite  au quotidien la diversité des demandes et des cas de figure qu’il rencontre dans  son cabinet. Il donne à lire ses hésitations, les arguments qui peuvent le pousser à la fois dans un sens et dans son contraire, et la complexité de toute  prise de position. Il fait le point sur les questions que nous nous posons : quelles sont les causes de la croissance de l’infertilité ? Quel est le taux de réussite d’une FIV ? Pourquoi et comment obtenir un don d’ovocytes ou de sperme ? Quelles sont les lois en vigueur ? Pourquoi existe-t-il un commerce à l’étranger ?

Ce professeur estime que l’on sous-estime encore trop la souffrance du couple stérile. Dans le cas des femmes entre 38 et 45 ans, il indique que « c’est un âge où la nature permet encore des grossesses, et en ce sens, il y a une grande inégalité entre les femmes qui, pour certaines, bénéficient d’ovaires fonctionnels quand d’autres non. Le vieillissement ovarien est certes physiologique, mais cela me paraît légitime d’aider ces femmes. »

Dans un autre ouvrage, N’attendez pas trop longtemps pour avoir un enfant, le professeur fait le point sur la période optimale de fertilité, les réussites et les limites des traitements de l’infertilité, les méthodes pour que plus aucun couple ne passe à côté de son désir d’enfant. «Par ce livre, je veux m’adresser aux femmes de tous âges, et plus particulièrement à celles, de plus en plus nombreuses, qui, la trentaine passée, ont décidé d’avoir un enfant. Pour certaines, le succès sera au rendez-vous. Pour d’autres, les difficultés les orienteront vers la prise en charge d’une infertilité. Mais l’assistance médicale à la procréation n’est pas la solution universelle et infaillible.
La découverte que la maternité rêvée peut être compromise est terrible. Pour éviter les projets inaboutis, les regrets douloureux, je veux expliquer les contraintes de l’âge et toutes ces raisons qu’il faut connaître si l’on veut concevoir avant qu’il ne soit trop tard. Beaucoup de femmes regrettent de ne pas être mieux informées. Je veux leur dire pourquoi il ne faut pas trop attendre et ne pas laisser passer sa chance d’avoir un enfant.»