Les muses, inspiratrices et inspirantes

gala%20et%20daliDans la mythologie grecque, les Muses sont les neuf filles de Zeus et de Mnémosyne (déesse de la mémoire). Les Muses étaient associées à Apollon en tant que dieu de la Musique et des Arts. Elles sont les allégories de l’art : elles représentent la musique, le chant, le théâtre, la danse, la rhétorique, la poésie et l’astronomie. Ce sont les muses qui apportent l’inspiration et l’imagination aux artistes car pour les grecs, l’art n’est pas humain, il provient des divinités. De tout temps, les muses sont des femmes qui inspirent les poètes…

Parmi les rôles que les femmes ont joué dans l’Art, il y a tour à tour celui d’inspiratrices et de créatrices. Les femmes ont été pour de très nombreux artistes une source d’inspiration, elles ont nourri leur art, avant de s’émanciper elles-mêmes.

Qui furent les grandes muses et inspiratrices ? Il y a notamment Marlène Dietrich et le cinéaste Josef von Sternberg, Dora Maar et le peintre Picasso, Lou-Andreas Salomé et le poète Rilke. «Une muse est une personne qui participe au déclenchement de l’inspiration poétique ou artistique autrement dit du désir ; le désir de créer et le désir au sens propre, et c’est pourquoi certains artistes accordent un tel statut à leurs muses» éclaire Vannina Micheli-Rechtman, psychiatre, psychanalyste, docteur en philosophie.

Ont existé de véritables tandems de créateurs, homme/femme, le cas le plus célèbre étant celui de Camille Claudel et Auguste Rodin mais souvent ces tandems sont restés méconnus. Un certain nombre des muses sont devenues des artistes à part entière, comme Berthe Morisot qui s’est prise elle même de nombreuses fois comme modèle.

Je viens de lire une biographie consacrée à Gala, celle qui fut la compagne de Paul Eluard et de Salvador Dali. Elle ne fut pas créatrice, elle fut uniquement leur guide, le ‘garde-fou’ de leur génie. La biographe, Dominique Bona, indique: « Elle a choisi sa voie: celle des femmes qui n’existent que par procuration, à travers le destin de l’homme qu’elles se sont choisi. Elle n’est pas passive, soumise, elle est dynamique: elle est cette force qui fait bouger Dali, ce moteur qui lui donne des ailes. Elle excerce sur lui une influence capitale: elle l’aide à être lui. La recette de la muse est simple, mais bien plus vaste que celle des muses ordinaires: Gala ne se contente pas d’inspirer ou de poser pour le peintre. Elle lui insuffle la confiance, sans laquelle il ne serait rien. »

Et qu’en est-il des ‘muses’ au masculin ? Pourquoi le rôle de ‘muse’ est-il presque systématiquement associé à la figure féminine et ce dès l’antiquité ?«Ce sont généralement des femmes, sans doute parce qu’elles gardent un caractère énigmatique, c’est l’énigme du féminin », suppose la psychanalyste Vannina Micheli-Rechtman. Des muses masculines ont déjà existé: Jean Marais pour Jean Cocteau, ou plus récemment Yves Saint-Laurent pour Pierre Bergé, ils ont atteint ce statut pour des hommes aimant des hommes… Les muses encensées par les créatrices demeurent peut-être encore mal identifiées… Ou alors, leur inspiration ne prend-t-elle pas sa source dans le désir envers l’autre? La question est ouverte…