Aya de Yopougon

ayaLa scénariste d’origine ivoirienne Marguerite Abouet et le dessinateur Clément Oubrerie portent avec succès à l’écran les deux premiers tomes de leur série de bande dessinée: « Dans les années 1970, la vie était douce en Côte d’Ivoire. Il y avait du travail, les hôpitaux étaient équipés et l’école était obligatoire. J’ai eu la chance de connaître cette époque insouciante, où les jeunes n’avaient pas à choisir leur camp trop vite, et ne se préoccupaient que de la vie courante : les études, les parents, les amours… Et c’est cela que je veux raconter dans Aya, une Afrique sans les clichés de la guerre et de la famine, cette Afrique qui subsiste malgré tout car, comme on dit chez nous, « la vie continue »…

La belle Aya, 19 ans, vit à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan. La vie est douce, mais les histoires de cœur mouvementées. Ses amies Adjoua et Bintou courent danser dans les maquis, l’une d’elle tombe enceinte sans avoir de mari. Et Aya découvre que son père si responsable a une liaison… La jeune fille qui aspire à devenir médecin est un peu la voix de la raison, au milieu de personnages hauts en couleur !