Faire un bébé toute seule ?

imagesCAMF6YD6Avoir un enfant toute seule, un choix qui tente certaines tant le désir d’enfant peut être fort… Désir égoïste ? ou désir altruiste puisque désirer un enfant c’est aussi désirer prendre soin d’un autre petit être. Il y a tant de situations différentes.. une horloge biologique qui tourne, un célibat qui perdure, un partenaire qui ne veut pas d’enfant, une procédure d’adoption trop longue, une vie professionnelle intense. La question suscite évidemment la réflexion sur le bien-être de l’enfant.

Un enfant sans père mais pas sans repères … voilà ce qui résume d’après moi les histoires que j’ai lues sur ces femmes qui ont fait le choix d’être maman solo dès le départ et qui ont choisi de bien s’entourer, d’hommes et de femmes, pour constituer au maximum une ambiance familiale. D’ailleurs, être entourée, c’est bien pour l’enfant évidemment mais c’est aussi crucial pour la maman ! N’oublions pas son propre bien-être à elle qui sera la plus belle promesse d’une vie harmonieuse pour l’enfant.

Personnellement, je me dis que c’est un sacré défi que d’être maman sans l’aide d’un partenaire, tant le parcours de la maternité peut être éprouvant et déroutant. Mais je pense qu’une femme qui fait ce choix le fait de manière très réfléchie et j’admire le courage d’aller au-devant des préjugés et des difficultés. Et puis, une femme seule qui devient maman n’est pas seule pour la vie ! Sans parler du fait qu’une maman seule c’est parfois bien mieux que des parents qui s’engueulent tout le temps !

Il y a évidemment des risques dans ce type d’aventure: celui de l’isolement, de la fusion entre une mère et son enfant, celui de former un couple ‘mère-enfant’ trop étouffant, la sur-responsabilité qui repose sur la maman. Mais voilà, les risques sont nombreux aussi lorsque deux personnes qui s’aiment deviennent parents.. Combien de couples vivent les mêmes défis que ceux-là ! Aujourd’hui, à l’heure où tous les repères changent, contrairement à d’autres qui prônent le retour aux valeurs familiales traditionnelles, il me semble plutôt au contraire que celles-ci n’ont pas fait sufisamment leurs ‘preuves’ (à voir le nombre d’adultes qui sont en difficulté relationelle) et que justement il est temps d’ouvrir les ‘modèles’ et de vivre selon sa propre conscience et en suivant ses désirs profonds.

Et le cas de figure de deux mamans ou deux papas ? Etant donné que la médecine procréative a produit un éclatement des fonctions parentales (engagement biologique, filiation légale et responsabilité éducative qui peuvent désormais reposer sur trois personnes différentes), il est crucial selon moi de comprendre qu’il n’existe plus un seul modèle parental et que l’amour parental d’une compagne ou d’un compagnon dans les couples homosexuels est parfaitement égal à celui qui réside dans les couples hétérosexuels. Combien de déchirements sont vécus aujourd’hui par manque de reconnaissance de situations familiales bien réelles et si belles !

La vie n’est un long fleuve tranquille pour personne, sortons de l’illusion qu’un seul modèle familial soit la garantie du bonheur !

Pour en savoir plus: