Des hommes plus féminins et des machos exacerbés

imagesCA6UUJF5Il me semble que l’évolution des rapports entre les hommes et les femmes engendre un flou identitaire chez certains hommes. Des hommes expriment aujourd’hui plus facilement leurs émotions, leurs doutes, aspirent à d’autres façons de vivre, se sentent ‘plus féminins’. D’autres à l’inverse se réfugient derrière un machisme exarcerbé, revendiquent plus que jamais leur ‘masculinité’ et dénoncent de manière parfois virulente toute forme de féminisme. Et entre ces deux tendances, il y a ceux qui se sentent bien dans leur peau, pour qui la féminité n’est ni une nouveauté ni une menace, mais plutôt une promesse d’harmonie. Même si globalement, ce questionnement identitaire et psychologique touche moins les hommes, il y a tout de même des signes qui ne trompent pas …

Certaines question ‘masculines’ émergent de plus en plus : « que faire des valeurs sur lesquelles les hommes se sont longtemps construits ? Jusqu’où peut-on faire évoluer nos relations sans y perdre nos identités ? Comment participer à une réflexion sur le genre sans se sentir inquiété dans sa virilité. » Car ce qui compte aussi c’est comment nous allons réagir, nous, les femmes…

Selon Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, nous sommes entrés dans un nouvel ordre sexuel,
dans lequel nos identités sexuelles deviennent plus fluides. Une évolution selon lui tout à fait positive alors que de plus en plus d’hommes qui viennent le consulter s’épanouissent dans l’intimité ou la relation à l’enfant. Dans son ouvrage Dans le cœur des hommes, Serge Hefez estime qu’une société « qui se débarrasse des carcans dans lesquels elle enfermait le masculin et le féminin laisse à chacun plus de chances de s’épanouir ». Selon lui, les hommes « se montrent d’autant plus virils qu’ils assument leur bisexualité psychique. Les femmes ont appris depuis longtemps à mener de front leur carrière et leur vie de famille. Les hommes commencent tout juste à se diversifier. En permettant aux garçons d’exprimer leur part féminine – la sensibilité, l’écoute, la tendresse –, on les laisse incarner une virilité plus convaincante. Mais lorsque l’enfant paraît, certains couples peuvent voler en éclats, parce qu’ils sont brusquement rappelés à des représentations fortement différenciées de ce que sont un père et une mère. »

Vincent Cespedes a rédigé un ouvrage intitulé L’homme expliqué aux femmes : « Hommes, où en sommes-nous avec nous-mêmes ? Femmes, que comprenez-vous encore de nous ? Pourquoi avons-nous peur de nous engager dans une relation durable ? Pourquoi tant d’égoïsme et de lâcheté ? Comment concilier la tendresse et la virilité ? la responsabilité et la passion ? les fonctions de bon amant et de bon père, de Prince charmant et de ménagère ? Au fil des pages, je réponds à ces questions, révélatrices de la crise de la masculinité qui semble en perturber plus d’un, en confondre plus d’une. »

Des hommes confient leurs états d’âme. Guillaume Chérel, auteur du livre Les hommes sont des maîtresses comme les autres a expérimenté la situation tant décrite du côté des femmes, être l’amant d’une femme mariée, peu disponible, qui pense à sa carrière, hésitante, … Comment réagir ? Est-ce différent parce que l’on est un homme ? De nos jours, les femmes sont-elles devenues des hommes ? L’auteur dévoile ses faiblesses, avec pudeur et humour et considère que ‘les hommes ne se féminisent pas, ils se rapprochent des femmes’.

D’autres vivent une expérience a priori purement féminine, comme celle de s’astreindre à des régimes amincissants, de suivre les diktats des magazines féminins, avec le livre Je crève la forme, un homme devient une bonne copine qui teste les méthodes les plus farfelues !

Des hommes, tous uniques et différents, n’est-ce pas ce que l’on peut souhaiter de meilleur ? 🙂