Femen, Amazones et Antigones: quel féminisme aujourd’hui ?

imagesCA05UBLRQui sont les Femen ? Leur objectif est clair: « la victoire totale sur le patriarcat », leur mission: « par la force de l’audace et de l’exemple personnel, initier un jugement global féminin du patriarcat en tant que forme d’esclavage. » Les Femen sont avant tout contre le développement de la prostitution et les intégrismes religieux.

Les réactions à leurs seins nus et autres provocations sont parfois très violentes, aussi bien chez les hommes que chez les femmes et certaines féministes. Or, tout mouvement a une origine sociale et géographique qui permet de mieux comprendre sa manière d’agir. Les Femen sont originaires de Russie et d’Ukraine. Utiliser son corps comme moyen d’expression, de revendication et de pression politique dans ces pays ne me semble pas illogique quand tous les autres moyens d’expression démocratiques n’aboutissent à rien ! Dans leurs pays, elles ont été arrêtées, emprisonnées, elles y ont pris des risques d’une toute autre nature que ceux de créer la polémique en France.

L’exhibition de son corps n’est pas la chose à laquelle on pense en premier lieu quand on s’indigne et se révolte mais c’est un moyen de protestation clair et relayé par les médias. Le corps, justement, c’est la première revendication de toutes les formes de féminisme: « il m’appartient ! » et donc s’en servir pour provoquer un choc ou une prise de conscience, c’est d’une logique implacable ! Effet médiatique assuré dans ces temps où ceux-ci semblent soit lassés des revendications féministes, soit preneurs d’images plutôt que de mots… Et dire que l’on croyait avoir ‘tout vu’ avec le corps féminin, si présent partout (aux abris de bus par exemple, dans les tenues les plus dénudées qui soient, sous nos yeux tous les jours). Comme quoi, les voir ‘en vrai’ et dans un autre contexte, reste très dérangeant pour certains …

Moi, ce qui me choque, ce n’est pas leurs seins nus, c’est plutôt les réactions ultra-conservatrices qui se manifestent au grand jour et qui me semblent bien plus inquiétantes… Des jeunes femmes qui rejettent les revendications féministes, qui semblent vouloir revenir des décennies en arrière, parmi lesquelles il y a les Antigones, jeunes femmes qui revendiquent un statut de femme très loin de toute émancipation.

Que pense Françoise Héritier des Femen? « Elles m’intéressent beaucoup. D’une part, parce que toutes les actions, non violentes, sont bonnes à prendre. Mais également car elles renvoient à des usages extrêmement intéressants qui ont lieu dans des sociétés africaines que l’on considère comme primitives. Il s’agit de femmes, parfois âgées ou aux seins tombants, qui, pour protester contre l’action de certains hommes, se rassemblent et se mettent nues, dévoilant leur poitrine et leur sexe devant les hommes horrifiés. Généralement, les hommes cèdent et le vivent comme une grande malédiction. C’est l’arme de la nudité. Elles montrent en quelque sorte aux hommes qu’ils ne seraient pas là si elles ne les avaient pas mis au monde. Elles semblent dire : « voyez d’où vous sortez ». Or, les hommes ont beau révérer la mère, il y a une chose dont ils ont horreur, c’est de se dire en voyant les seins et le sexe de leur mère : je suis sorti de ce sexe-là. Les Femen, à leur manière, semblent reproduire cette malédiction. »

Il existe des féministes qui ont des moyens d’action très différents des Femen, ce sont les nouvelles Amazones ! Le groupe d’action La Barbe, le réseau Osez le féminisme, le Laboratoire de l’égalité en sont des exemples. Des relais existent à travers les réseaux sociaux, les associations, les blogs, les journaux et c’est tant mieux car le féminisme c’est comme les femmes, il y a une grande diversité de points de vue et de manières de le vivre !