Brigitte Giraud, « Avoir un corps »

imagesCAVHRR0MBrigitte Giraud estime que «le corps n’est que le maillage avec l’esprit». Très jolie formule… Brigitte Giraud a décidé de choisir le corps comme fil conducteur de son dernier roman. Et le corps d’une femme!  Personnellement, j’adore cet angle de vue car dans notre société occidentale on en parle si peu de notre enveloppe charnelle… Pourtant, c’est par le corps que passent nos premières sensations, nos premiers attachements, nos désirs les plus fous! Et puis, être une femme, c’est connaître tant de cycles, tant de transformations, tant de passages. Notre corps, c’est souvent notre relation la plus intime à nous-mêmes, la source de nos plus grandes joies mais aussi celle de nos plus grandes frustrations…! Brigitte Giraud retrace le passage du temps à travers ce corps de petite fille, puis d’adolescente, de jeune femme et enfin de femme: toute l’histoire de l’éternel recommencement, celle de la féminité qui se rejoue et se recrée au sein de chaque femme.

Elle a expliqué, avec une grande tendresse, lors de son passage à La grande Librairie de France 5, que nous accumulons en nous des ‘couches’, nous imprimons nos émotions, nos joies, nos souffrances dans ce corps. Décrire le corps, c’est décrire les sentiments et ceux-ci sont parfois doux, parfois durs, selon nos expériences de la vie: ‘corps, je t’aime ou je te déteste’ selon que tu me rappelles de belles choses ou des souvenirs que je veux oublier…

Brigitte Giraud nous dit ceci: « ma tête et mon corps se rejoignent, après une longue séparation » N’attendons pas trop longtemps pour vivre cette belle symbiose du corps et de l’esprit! C’est un magnifique cadeau à se faire à soi-même de prendre soin de tout notre être, de ne plus vivre ‘coupée en deux’ et surtout de ne pas laisser l’esprit ‘n’en faire qu’à sa tête’ et prendre le dessus sur nos sensations charnelles, souvent bien plus fidèles à notre bien-être que toute idée, aussi belle soit-elle !

Brigitte Giraud a écrit plusieurs romans qui ont un point commun: répondre à la question de la place que l’on tient, que cela soit dans une famille, au sein d’un couple, par rapport aux autres. Est-ce aussi une de vos questions permanentes? C’est en tous cas une question qu’une femme, comme moi, qui approche – cette fois de très près – du fameux cap de la quarantaine, se pose 🙂 Alors merci à Brigitte Giraud et à tous les écrivains qui tentent de nous aider à y répondre !