Une librairie pour les mamans

CARTE06-sans-texte-300x184J’ai découvert, grâce à l’émission La grande Librairie de France 5, la librairie dont toutes les mamans rêvent: une librairie où l’on peut déambuler avec des poussettes sans être super gênée de tout renverser sur notre passage, une librairie où les petits sont accueillis et nous, les mamans, nous pouvons en profiter pour prendre un thé, manger un cheesecake et découvrir surtout les coups de coeur de la librairie L’heure des mamans. Etre maman, c’est parfois se sentir coupée du monde, donc un endroit de rencontre entre adultes (les papas sont les bienvenus aussi !) et un endroit d’enrichissement via la lecture pour non seulement conserver le plaisir de lire mais aussi le besoin de rester connectées au monde, il n’y avait qu’une autre femme qui pouvait le comprendre. Cette femme, c’est Lucile ! Elle nous raconte sur son blog (http://lheuredesmamans.fr) comment cette aventure a commencé.

« Où situer le point de départ de cette aventure ? Cela se passe quelques années auparavant, le déclic en plein monde étrange avec un métro,  des bureaux, des réunions, des comptes rendus, et déjà beaucoup de papier (souvent gâché). Mais cela commence peut-être avant, avec le hasard des rencontres étudiantes où s’échangent les rêves, les ambitions, les projets… avec tout le loisir de déambuler dans les rues de Paris et de pousser les portes de librairies aux univers fascinants comme Shakespeare & Company ou La Belle Hortense… Et un peu avant encore me mène à l’université parisienne la seule conviction présente au beau milieu des incertitudes de l’adolescence : celle du plaisir littéraire. Et cela remonte bien plus tôt à la librairie de mon village de naissance, toute de bois recouverte, grinçante à souhait. Vertige des rayonnages, premiers émois de l’odeur du papier, émerveillement des romans volumineux (un livre peu épais me semblait douteux :  ses pages ne pouvaient que ramener déjà à quai son lecteur à peine parti…) Des signes avant coureurs surgissent peu avant, avec des crises de « collectionnites » des Maurice Leblanc… Mais au fond, tout cela ne serait pas arrivé si, avant de savoir lire, je n’avais pas trouvé comme meilleur passe temps de me saisir d’un livre (forcément à l’envers) et d’en inventer les contenus indéchiffrables à longueur de pages tout en prenant un air très savant. D’aussi loin que je me souvienne, le départ de cette aventure doit se situer par là. »

La librairie est située à Versailles, ce qui ne me premettra pas d’en devenir une fidèle cliente, mais cette idée de librairie ‘maman-friendly’ peut certainement s’exporter. Il y a d’ailleurs déjà un certain nombre de librairies un peu partout qui ont compris que lire, cela fait partie d’un mode de vie et je profite de cet article pour dire un immense MERCI à tous ces libraires qui nous transmettent leur passion et qui sèment les graines de futurs lecteurs assidus.

Bravo à Lucile ! Et pourvu que soit arrivée l’heure des mamans ! pas seulement dans les librairies d’ailleurs 🙂