Qui est Sarah Bernhardt?

sarah bUn monstre sacré, une icône du théâtre, un sacré temparément! Surnommée la « voix d’or », la « divine », Sarah Bernhardt a interprété plus d’une centaine de pièces, dont des rôles d’hommes! Elle a joué « Phèdre » ou « Le Cid » et a inspiré Victor Hugo, Edmond Rostand et Oscar Wilde. Elle a consacré toute sa vie à sa passion du théâtre. Elle a joué à la Comédie française mais son caractère tumultueux ne s’accordait pas avec cette institution. Elle a préféré la liberté et cela lui a permis d’interpréter certaines pièces des plus grands auteurs. Elle a connu un succès fou. Elle a fondé sa propre troupe avec laquelle elle a connu le triomphe aux Etats-Unis.

C’est une femme qui prit toujours des risques et qui aimait plus que tout les défis. En abandonnant la Comédie française, Sarah Bernhardt aurait pu tomber dans l’oubli et pourtant, elle est aujourd’hui l’une des comédiennes les plus connues.

Elle se donnait corps et âme sur scène. Elle tombait parfois évanouie à la fin de ses prestations. Sa devise: « Quand même », une devise qui la fit jouer jusqu’à la fin de sa vie, alors qu’elle était amputée d’une jambe. Elle continua à jouer « quand même », assise cette fois.

Elle fut une femme libre, créatrice: peinture, sculpture, costumes, bijoux, objets de scène qui devinrent cultes. Elle était infatigable: elle vivait jour et nuit ses passions artistiques. Magnétisme d’une présence féminine à la fois séductrice et inquiétante, elle ne laissait jamais les personnes qu’elle rencontrait indifférentes.

Elle a mené une vie totalement originale pour son époque. Elle a défié toutes les convenances: ses nombreux amants – elle est considérée comme une mangeuse d’hommes – sa façon de vivre, comme dormir dans un cercueil, s’entourer d’animaux exotiques, elle était amatrice des belles choses et des belles personnes!

Sa vie est aussi l’exemple d’une ‘sucess-story’ car elle démarre de ‘rien’ et devient mondialement adulée. La première ‘star’ de l’histoire!

Ces phrases à elle: « La vie est courte, même pour ceux qui vivent longtemps. » « Il faut haïr très peu, car c’est très fatigant. Il faut pardonner beaucoup et ne jamais oublier que le pardon ne peut entraîner l’oubli. » La divine ne risque pas d’être oubliée…