Nous, les femmes, ayons plus confiance en nous !

i'm a girl« I’m beautiful the way I am ». En ce moment, à New York, on peut voir des affiches qui disent ceci: « Je suis une fille. Je suis intelligente, intrépide, unique et forte… Je suis belle comme je suis. » Cette campagne s’adresse aux filles entre 7 et 12 ans et a pour objectif de ‘booster l’estime de soi’ des petites filles. Pourquoi en arrive-t-on dans cette ville à de tels messages affichés dans les rues? Comment expliquer que l’on doive proclamer que nous sommes bien telles que nous sommes.. Vivons-nous uniquement à travers le regard des autres? Cheryl Strayed, éditorialiste américaine, a écrit ceci: « Un des échecs du féminisme vient du fait que les femmes sont toujours préoccupées par ce à quoi ressemblent leurs fesses dans un jean »…

Aujourd’hui, déjà toutes jeunes, les filles s’inquiètent de leur poids, n’aiment pas certaines parties de leur corps, ne se trouvent pas jolies. Or, les jeunes filles, comme tous les adolescents, accordent beaucoup d’importance à leur apparence physique. Si nous ne pouvons pas être fières de ce que nous sommes, si nous nous sentons réduites à notre physique, comment avoir confiance en nous? Et si en plus ce sentiment démarre de plus en plus tôt dans notre vie de femme, où cela peut-il nous mener?

Je suis toujours surprise de voir à quel point encore et toujours tant de femmes se définissent à travers le regard des autres. A croire que notre valeur n’est pas une valeur en soi, absolue, mais uniquement relative, qu’il s’agisse de notre apparence, de nos capacités intellectuelles ou artistiques. Nous nous estimons encore trop souvent via le jugement des autres, qu’ils soient hommes ou femmes. Or, la sécurité intérieure, la base de la confiance en soi, le sentiment d’être quelqu’un de ‘valable’, sans dépendance vis-à-vis de l’extérieur, cela se construit dès le plus jeune âge et peut s’acquérir, fort heureusement, tout au long de notre vie.

Trouvons la confiance en nous-mêmes, ayons la capacité de nous détacher de ces ‘chaînes’ qui nous entravent dans nos mouvements et nos pensées, cessons de nous juger, ‘aimons-nous nous-mêmes’, c’est le premier pas vers le respect et l’estime des autres. Alors, il ne s’agit pas seulement de se dire ‘je suis jolie telle que je suis’, mais surtout ‘je suis telle que je suis’. La beauté est relative, l’existence est absolue.