Envie d’être au 7ème ciel?

imagesCA521400J’ai eu l’occasion d’écouter Elisa Brune, l’auteure de différents ouvrages sur le plaisir féminin (www.elisabrune.com). Je vous conseille fortement de lire les témoignages qu’elle a recueillis! Nous avons, semble-t-il, encore beaucoup de choses à apprendre sur nous-mêmes, sur la façon dont réagit notre corps, sur les différentes manières d’atteindre l’épanouissement sexuel, sur tout ce qui fait que notre vie sexuelle peut devenir riche en sensations et en surprises! Le sexe est aujourd’hui un des rares espaces de liberté, Elisa Brune nous propose de ré-enchanter cet espace et d’en profiter.. dès ce soir chères lectrices!

Elisa Brune nous fait prendre conscience du fait que trop souvent nous, les femmes, sommes dans la position de celles qui déclenchent le plaisir, dans la passivité, notre excitation dépend du désir des autres. Nous serions donc globalement plus ‘proies’ qu’amazones…

Saviez-vous que le clitoris n’a qu’une seule fonction: le plaisir! Et que celui-ci n’a rien à envier au pénis car il est également érectile.. Il est erroné de différentier orgasme clitoridien et vaginal, le clitoris étant physiquement un trait d’union qui permet d’atteindre un plaisir global..

Comment se (ré)approprier notre vie érotique? Comment affirmer nos désirs au lieu d’uniquement les susciter? Comment s’affranchir du regard des autres et sortir de l’auto-censure? Car tant de refoulement de notre part risque d’étouffer nos désirs, de nous cantonner dans l’inhibition…

Revenons un instant en arrière. Déjà petite fille, nous apprenons plus à devenir l’attrait, celle qui attire, plutôt que celle qui affirme et revendique. Or, à l’origine, durant la petite enfance, filles et garçons témoignent de la même curiosité, de la même spontanéité et d’un mouvement vers l’extérieur. Puis arrive un moment de bascule: les petites filles commencent à se soucier plus de l’effet qu’elles font sur les autres que de se soucier de ce qu’elles veulent, elles. Il s’agit de plaire aux parents, enseignants et aux garçons… Certaines deviennent ainsi parfois très jeunes maître(sses) pour suciter le désir. Il ne s’agit plus de désirer mais de se faire désirer..

Plutôt que l’affirmation de nous-mêmes et de nos désirs, nous avons tendance à épouser le désir de l’autre et nous perdons petit à petit conscience de que nous désirons pour nous fondre dans ce qui est attendu de nous… Les femmes semblent plus se soucier de ce que les autres pensent d’elles et du coup, elles ne pensent plus.. voire elles oublient même carrément qu’elles ont elles aussi des besoins tout à fait sexuels!

A l’inverse de ce mouvement, il y a les femmes qui revendiquent le plaisir et qui n’hésitent pas à se comporter comme des ‘machos’ au féminin ! Sans doute un effet extrême de ce long passé peu glorieux relatif au plaisir féminin.. Mais, dans ce cas, ce sont les hommes qui se sentent objets, exactement ce que tant de femmes doivent combattre au quotidien..

Comment sortir de l’impasse? Commençons par savoir ce qui nous plait. Elisa Brune s’étonne de découvrir que beaucoup de femmes ne savent pas spontanément quoi répondre à la question suivante: « Qu’est-ce qui vous plait chez votre partenaire? », question visiblement beaucoup plus difficile que: « Qu’est ce que votre partenaire aime chez vous? » Et les injonctions à la performance sexuelle n’aident pas à y voir plus clair. Certaines se demandent si elles peuvent s’autoriser certains fantasmes tandis que d’autres s’interrogent sur la pauvreté ou l’absence totale de désir.

Tant d’ouvrages aujourd’hui donnent des « recettes », tentent des modes d’emploi. Or, selon Elisa Brune, ni les recettes, ni les « non-recettes », c’est-à-dire la croyance selon laquelle les choses viennent d’elles-mêmes, ne nous aident dans notre épanouissement sexuel.

Que faire alors? Etre à l’écoute de son corps, être connectée à ses sensations, à ses désirs profonds, reconnecter le corps et l’esprit. Comment? En acceptant de nous laisser emporter par des états d’excitation nouveaux, différents, en acceptant d’être réceptive ET active. Les consultations chez les sexologues font preuve d’une plus grande déconnexion chez les femmes entre ce qu’elles pensent et ce qu’elle vivent à travers leur corps. La raison est en partie physique: le lien entre excitation visuelle et excitation physique est immédiate chez l’homme (à travers l’érection) alors qu’elle est plus subtile chez la femme (mais bien existante!). Par ailleurs, beaucoup de femmes souffrent  ou se méfient d’images associées au plaisir, considérent leurs pensées ou visions comme obscènes ou amorales. D’où cette prise de distance et le déni de ses propres désirs.

Elisa Brune nous invite à nous débarrasser du syndrome du prince charmant, d’arrêter d’attendre un plaisir sexuel qui viendrait en ‘cadeau’ avec l’amour. Car la relation amoureuse peut entraîner un stress émotionnel et des complexes vis-à-vis de l’autre, tout l’inverse du fameux lâcher prise…

Comment élargir notre expérience sexuelle? Comment développer notre potentiel érotique? En commençant par être à l’aise avec nous-mêmes pour ensuite s’ouvrir dans la relation à l’autre. Construisons un nouveau regard sur l’autre. Explorons notre corps et celui de notre partenaire. Renouons avec notre imagination. Tentons de nouvelles expériences. La sexualité devrait être une exploration. Nos représentations du sexe sont extrêmement stéréotypées alors qu’il y a mille manières de le vivre. Figurez-vous que le chuchotement par exemple provoque des vagues de bien-être, que le fait d’effleurer ou d’être effleurée est parfois bien plus puissant qu’une caresse plus soutenue, le baiser peut se révéler ‘orgasmique’ et … se comporter comme des enfants peut réveiller tous les sens! Chacune peut se replonger dans les souvenirs de ses premiers émois pour redécouvrir la force du désir!

Un conseil pour clôturer cet article? Stop aux câlins simultanés! Chacun son tour! Faisons une chose à la fois! Apprenons l’abandon, prenons le temps de ressentir ce qui se passe, de savourer la caresse. La jouissance – plus forte que l’orgasme – est un état de conscience modifié, une ‘petite mort’, la fin du contrôle, le début de la réelle liberté…

Green Careers 11.11.13 006Elisa Brune recueille constamment des témoignages, une enquête sur l’orgasme féminin est disponible sur son site: www.elisabrune.com/enquete. Mais qui est Elisa Brune? Comme vous le savez, chères lectrices, j’aime beaucoup comprendre le parcours des femmes dont je relaie les livres ou projets. Et par chance, j’ai pu discuter avec elle et découvrir ainsi une femme qui a décidé de faire ce qu’elle aime, d’explorer différentes voies, différentes facettes d’elle-même. Docteur en sciences de l’environnement,  Élisa Brune marie son activité de romancière à celle de journaliste scientifique.  Ses sujets de prédilection sont l’astronomie, les volcans, l’hypnose et … la sexualité féminine! Elle est également peintre et quelque chose me dit que cela ne va pas s’arrêter là.. Alors, nous aussi, osons explorer différentes pistes!

Pour le plaisir… de lire: