Comment vivre l’amour maternel?

PICASSOPabloMotherhoodLa promesse de l’aube, le roman autobiographique de Romain Gary, est un des romans les plus beaux sur l’amour maternel. Dans ce livre, l’écrivain rend hommage à sa mère, elle est  le personnage principal du roman. L’amour de celle-ci et son ambition pour son fils vont le porter au-delà de tout ce qu’il aurait pu espérer pour lui-même.. Romain Gary a mené une carrière militaire et diplomatique et est le seul écrivain à avoir reçu deux fois le prix Goncourt. Cette mère croit en un destin extraordinaire pour son seul fils, nourri de tous ses espoirs déçus d’ex-actrice juive exilée. « Tu seras un héros, tu seras général… ambassadeur de France ». Les nombreux contrastes entre les émotions du jeune Gary (à la fois gêné, plein de rancune et de gratitude pour sa mère) et du narrateur adulte (dont le regard est rétrospectif et nostalgique) font de ce roman un des récits les plus émouvants jamais écrit sur l’amour maternel.

Romain Gary: «Avec l’amour maternel, la vie vous fait, à l’aube, une promesse qu’elle ne tient jamais. Chaque fois qu’une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son coeur, ce ne sont plus que des condoléances. On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné. Jamais plus, jamais plus, jamais plus. Des bras adorables se referment autour de votre cou et des lèvres très douces vous parlent d’amour, mais vous êtes au courant. Vous êtes passé à la source très tôt et vous avez tout bu. Lorsque la soif vous reprend, vous avez beau vous jeter de tous côtés, il n’y a plus de puits, il n’y a que des mirages. Vous avez fait, dès la première lueur de l’aube, une étude très serrée de l’amour et vous avez sur vous de la documentation. Je ne dis pas qu’il faille empêcher les mères d’aimer leurs petits. Je dis simplement qu’il vaut mieux que les mères aient encore quelqu’un d’autre à aimer. Si ma mère avait eu un amant, je n’aurais pas passé ma vie à mourir de soif auprès de chaque fontaine. Malheureusement pour moi, je me connais en vrais diamants.»

Comment définir l’amour maternel? Parfois passionné, inconditionnel.. Combien d’hommes se plaignent de ne jamais rencontrer une femme capable d’un tel amour.. Parfois cruel ou totalement manquant.. Combien de femmes doivent apprendre à devenir femmes en affrontant leur propre mère.. «Aliénant et culpabilisant pour les femmes, le mythe de l’instinct maternel se révèle ravageur pour les enfants, et en particulier pour les fils» écrit Élisabeth Badinter..

Comment répondre à l’amour maternel? Désir de perfection, d’ambition à assumer.. Projections multiples d’une mère: ‘Sois ce que je ne suis pas’, ‘Fais ce que je n’ai pas pu réaliser’.. Attentes, frustrations, rivalités, déceptions ou au contraire aveuglement, adoration et admiration, autant de sentiments parfois ambivalents et lours à porter entre une mère et ses enfants. Cet amour maternel, comment le dépasser, le laisser co-exister, l’animer ou le créer? Et lorsque l’on devient soi-même mère.. comment vivre cet intense et troublant amour?