Sage-femme, le plus vieux métier du monde!

A l’heure où les sages-femmes manifestent en France pour disposer d’un véritable statut médical – comme elles ont raison ! – je vous propose l’interview de l’une d’entre elles. Anne-Marie Mouton est sage femme depuis plus de 40 ans, et auteur de l’ouvrage Grossesse, maternité : conseils de bon sens d’une sage-femme,un ouvrage plein d’humour pour une grossesse et une maternité sans stress. Anne-Marie Mouton est diplômée de la faculté de médecine de Lille. Elle a suivi  l’évolution de l’obstétrique avec les nombreuses femmes qu’elle a aidées à accoucher en hôpitaux publics, maternités privées, et en Afrique. Elle a été présidente de l’un des deux syndicats de sages-femmes jusqu’en décembre 2004. A  ce titre, elle a été décorée de la Légion d’honneur.

Pourquoi avoir choisi le métier de sage-femme ?
C’est une vocation . Je rêvais d’être sage-femme depuis l’âge de neuf ans. J’ai d’abord voulu accoucher les femmes puis avec la maturité, j’ai souhaité les accompagner.

Quel regard les futures mamans  portent-elles sur votre métier ?
Elles le connaissent peu.  Il faut dire que les pouvoirs publics ne nous mettent jamais au premier plan. La femme enceinte voit d’abord le médecin avant de voir la sage-femme, elle est donc vue comme un patient à risques.

Comment vous définiriez la relation que vous avez avec la future maman ?
Une relation de confiance, à côté d’une relation médicale. Nous avons aussi une complicité « du corps à corps »  quand, par exemple, nous prenons une  femme enceinte dans nos bras pour l’accompagner dans l’expulsion du bébé. Une main qui touche (le toucher étant un examen médical) est primordiale, c’est d’ailleurs pour cette raison que je me suis interessée à l’haptonomie.

Vous avez écrit l’ouvrage «  Grossesse, maternité : conseils de bon sens d’une sage-femme », qu’est ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?
Je voulais trasmettre aux femmes de ma génération mais aussi aux plus jeunes mes interrogations, mes doutes et mes conseils. Je voulais aussi  souligner l’importance du passage intergénérationnel entre les mères et leurs filles au moment de la grossesse. A travers ce livre, je souhaite redonner aux mères et aux grands-mères leur place dans la vie des futures et jeunes mamans.

Quel message souhaitez-vous faire passer aux futures mamans ?
Dès lors qu’une femme tombe enceinte, je lui conseille de trouver une sage-femme, qui pourra être personnel médical de référence. Elle pourra donc la suivre entièrement si elle le désire, ou aux côtés d’un médecin ou d’un hôpital. La sage-femme sera là pour la préparer avec ou sans son compagnon. Dans tous les cas, la sage-femme pourra aussi  faire le suivi post natal: suivi d’allaitement, rééducation du périnée, et contraception. Elle pourra donc grâce à la sage-femme savoir ce qu’elle veut pour elle et son bébé et prendre ainsi les meilleures dispositions.

Son ouvrage: