Rutu Modan, le roman version graphique

property.case_half« La Propriété » raconte l’histoire d’une vieille dame et de sa petite fille qui viennent en Pologne pour tenter de récupérer la « propriété » familiale qui leur a été spoliée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que le sujet est grave, Rutu Modan nous emporte dans une comédie légère, tendre, où les secrets sont … drôles!

Rutu Modan vit en Israël, un pays où la culture de la BD n’existe quasiment pas: « J’ai toujours aimé raconter des histoires, mais je ne l’envisageais pas comme une activité professionnelle. »

L’album La Propriété est une fiction mais la famille de Rutu Modan est d’origine polonaise. « Mon père et mon grand-père sont polonais. Ils ne parlent jamais de la Pologne. Pour eux, c’est un traumatisme profond. Ils essaient par conséquent d’être le plus israéliens possible. Quand j’ai eu cette idée, j’ai essayé d’en savoir plus. Mon père était venu en Israël à l’âge de huit ans. Tout ceci est donc mon histoire. Je voulais explorer ce pays dont on ne me parlait pas et dont je savais seulement qu’il avait été le lieu de la Shoah. »

Dans l’album « Exit Wounds« , Rutu Modan raconte la vie d’un jeune chauffeur de taxi israélien d’une vingtaine d’années qui rencontre une fille, soldate de l’armée israélienne, qui lui révèle que son père, avec lequel elle aurait eu une liaison et dont le fils n’a plus de nouvelles, a pu être tué lors d’un attentat-suicide. Dans l’enquête qu’entame ses deux héros, Rutu Modan fait un portrait de la société israélienne.

imagesCA9P10PF

Exit Wounds a reçu le prix du meilleur album étranger à Angoulême en 2008: « Tout s’est passé quasiment en une nuit, se souvient Rutu, les distinctions pleuvaient. Je travaillais dans le métier depuis des années, et là, c’était la reconnaissance. J’avais une chance incroyable. » L’album a été traduit dans une douzaine de langues.