Jouons avec nos enfants! Etre parent, c’est aussi amusant!

cute_kids_cute_play-wide[1]« Qui veut jouer avec moi? » Cette phrase vous rappelle quelque chose… Peut-être l’entendez-vous tous les jours dans la bouche de vos enfants.. Comment y répondre? « Heu, oui, ok, je joue avec toi mais après tu ranges ta chambre, d’accord ? » ou bien encore: « D’accord, mais je ne joue pas longtemps car j’ai encore beaucoup de choses à faire.. » Et sans parler des fois où nous répondons: « Je n’ai pas le temps là, demande à ton papa ! » 🙂

Eh oui, se mettre à jouer, quand on en a perdu l’habitude, cela peut sembler une perte de temps, désuet, ou sans intérêt.. Or, le jeu est aussi bon pour les enfants que pour les parents ! Cela nous détend et cela nous met de bonne humeur ! Le jeu, c’est aussi un excellent moyen de communiquer avec nos enfants, de leur donner confiance en eux, de les aider dans toutes sortes de situations !

‘Qui veut jouer avec moi?‘, c’est le titre d’un livre qui m’a énormément plu, écrit par un psychologue américain, Lawrence Cohen, un spécialiste des thérapies par le jeu. En résumé, il s’agit d’éduquer en jouant, en recourant à l’humour, à la joie de vivre et aux câlins! Moi, je suis preneuse! Ce que l’on appelle la parentalité positive et ludique permet aux enfants – et aux parents! – de grandir ensemble. Car on est bien d’accord, on grandit avec eux autant qu’eux avec nous, n’est-ce pas?

La parentalité positive pense en termes de besoins, d’étapes de développement, de ‘coaching’ et non en termes de caprices, de rapports de force et de domination. Crier et punir est inefficace selon l’auteur du livre, il faut en effet toujours recommencer et de plus en plus fort. Il ne s’agit pas non plus d’entrer dans un système de menaces et de récompenses mais d’apprendre à développer des attitudes parentales bienveillantes pour donner confiance à nos enfants, en eux-mêmes et en nous leurs parents. Le jeu, parce qu’il comprend souvent des limites très claires, permet d’expérimenter différentes situations en toute sécurité et confiance. C’est un trésor pour la vie et notamment pour le fameux cap de l’adolescence!

Pourquoi est-il si important de jouer avec nos enfants? Le jeu, en plus d’apporter l’occasion de passer de bons moments en famille, libère les enfants ET les parents des tensions! Le jeu est pour les enfants un moyen d’explorer le monde, de lui donner du sens, de dépasser leurs peurs, angoisses et frustrations. En jouant, les enfants se sentent pleinement eux-mêmes et ils peuvent revivre des épisodes de leur journée en changeant le scénario … à leur faveur, en jouant par exemple le rôle de la maîtresse d’école! Un excellent moyen de dépasser toutes les contrariétés accumulées durant la journée! Le jeu est aussi le lieu de la créativité et de l’imagination: les enfants inventent, si on leur en laisse le temps, tant de jeux, pas la peine d’investir dans des jeux « éducatifs »!

Le jeu est aussi l’occasion pour les enfants d’inverser les rôles, ce qui peut être souverain pour eux. C’est en effet une immense satisfaction que de pouvoir disposer d’un ‘pouvoir’, d’un ‘contrôle’ de la situation. Cela ne les rendra pas dominants ou réfractaires à l’autorité, au contraire, cela leur donne un sentiment sain de confiance en eux, qui leur permettra d’accroître leur assurance, leurs capacités et de mieux accepter des situations inconfortables ou difficiles par la suite.

Le jeu permet aux enfants d’acquérir de nouveaux comportements, de modifier leurs attitudes, d’une manière interactive. Le jeu peut aussi aider un enfant à gérer des impulsions agressives – c’est mieux de les laisser s’extérioriser dans un jeu que dans la ‘vraie’ vie! Par le jeu, un enfant peut aussi exprimer ce dont il a besoin, sans être forcément capable de le verbaliser. C’est cela la différence avec nous, les adultes.. et encore que… pour les parents ausi le jeu peut être une ‘thérapie’!

Il existe des jeux ‘auto-régulateurs’, des jeux qui permettent de se défouler, d’extérioriser toute l’énergie accumulée. Avoir l’occasion de sauter, courir, se bagarrer ‘gentiment’, cela permet d’éviter les scènes où les enfants se jettent à terre, donnent des coups de pied, semblent enragés! D’ailleurs, cela vaut aussi pour nous les parents! Quand avons-nous l’occasion de nous défouler? 🙂

Aimez-vous jouer avec vos enfants? Avez-vous envie de revenir, l’espace d’un instant, à nouveau un enfant? Comment renouer avec la spontanéité, l’imagination des petits? En perdant nos aptitudes au jeu, à l’émerveillement, au plaisir de la découverte, nous perdons notre joie de vivre et notre naturel avec nos enfants. Les enfants ont besoin de jouer à ‘faire semblant’ avec nous – les psychologues considèrent que c’est une étape essentielle de leur développement car elle leur permet de prendre du recul et de s’entraîner à maîtriser leurs pulsions. Ils aiment voir nos différentes facettes et aussi de nous voir nous détendre, et avec eux! Souvent, les enfants n’ont pas besoin que l’on joue des heures avec eux, des petits moments, c’est suffisant, mais alors des moments pendant lesquels nous sommes totalement avec eux, sans autre préoccupation! Les enfants adorent avoir aussi un vrai ‘public’ quand ils jouent…

Mais pourquoi des enfants devraient-ils jouer avec leurs parents, ils ont leur camarades de classe et leurs amis pour cela ! Eh bien, avec nous, ils sont dans un contexte très différent: ils peuvent se tester, en toute sécurité et sérénité, ils ont un public bienvaillant. Nous, les parents, pouvons faire semblant d’être incompétents, les laisser ‘gagner’ et gérer les choses à leur gré, et du coup, dans la cour de récré, ils se sentent plus à l’aise et gardent en eux un sentiment d’assurance acquis dans le cocon familial.

Comment réagir quand nos enfants nous exaspèrent? Quand ils se plaignent? Quand ils nous disent qu’ils s’ennuient? Jouons avec eux pardi! Selon Lawrence Cohen, ‘faire l’idiot(e)’, le foufou, des grimaces, blaguer, prendre une peluche et parler à travers elle, c’est plus efficace que n’importe quel ‘sermon’! Plus notre réaction est inattendue, c’est-à-dire plus nous réagissons de manière décalée et volontairement amusée, plus les enfants se dérident vite!

Si nous sommes trop ‘occupés’, donc indisponibles pour réellement jouer, bonjour les crises de rage et de larmes, car selon les psychologues, ce que nos enfants recherchent à tout prix, c’est notre attention et le sentiment qu’ils comptent beaucoup pour nous. Parfois, un simple petit moment, où l’on en profite pour les serrer dans nos bras, suffit. Il n’est pas nécessaire de jouer des heures!

Garçons et filles, mêmes jeux? Selon l’auteur, il est idéal d’inciter les garçons et les filles à jouer ensemble, à proposer des jeux ‘de filles’ aux garçons et vice versa. L’idée étant d’éviter de les confiner dans des stéréotypes que nous portons, nous, les adultes. Entre frères et soeurs? Chacun doit idéalement avoir un moment de jeu privilégié, seul(e) avec nous. Pourquoi ne pas prévoir un moment ‘spécial’ pour chacun de vos petits et grands?

Jouons ensemble en faisant régulièrement ce dont ils envie eux – et non uniquement ce que nous aimons nous… quitte à se sentir parfois un peu ridicules… 🙂 Laissons nos soucis et nos désirs (de calme et de paix…) de côté de temps en temps pour vivre un instant pleinement avec nos enfants! Alors, ‘qui veut jouer avec moi’ aujourd’hui’ ?