Designer textile, tisserande des temps modernes !

perrine rousseauPerrine Rousseau a réussi à faire de sa passion son métier. Elle a un atelier à Paris, rempli de rouleaux et de métiers à tisser. C’est dans ce nid qu’elle imagine, teste et réalise les échantillons de ses produits. Elle travaille le textile avec des communautés d’artisans en Inde: tissage de tissus, de tapis, nouage de tapis. La principale difficulté de Perrine réside dans l’adaptation de l’échantillon au travail de ces artisans. C’est tout le quotidien de Perrine qui l’inspire : la natures, les lectures, la peinture, les expositions, les films.

D’après Perrine Rousseau, le tissu industriel n’a pas le même souffle qu’un tissu artisanal. La main de l’homme n’a pas de geste aussi sûr et mécanique qu’une machine, elle fait des erreurs qui créent une différence, une vibration sur le tissu contrairement à un tissu industriel beaucoup plus monotone.

Perrine Rousseau privilégie des tissus entièrement bio, des coloris naturels, des modèles sans substances toxiques, avec une préférence pour le lin, la laine, le chanvre et la soie. Authenticité, raffinement et naturel sont au rendez-vous ! http://www.perrinerousseau.com

A regarder: Perrine Rousseau, designer textile par marieclaireidees

Hermine Van Dijck, jeune tisseuse d’Anvers en Belgique, partage un atelier avec d’autres créateurs. Elle a eu le coup de foudre quand elle s’est retrouvée face à … un métier à tisser ! Elle aime le côté magique de voir un fil devenir une étoffe. Elle réalise presque toutes ses créations à la main. Un processus parfois très lent, qui permet d’improviser et d’aboutir à des pièces uniques. « Pour moi, la lenteur est une valeur. Aujourd’hui tout va vite, tout est fait rapidement. Les gens ont besoin, je crois, de choses qui leur rappellent que tout ne doit pas aller vite. »

Hermine Van Dijck est totalement ‘prise’ par son métier: « Quand je tisse, c’est comme une transe. Même si cela peut être très spontané et parfois un peu sauvage, je dois toujours me concentrer. Et le reste disparaît. »

Son univers est plein de douceur, géométrique, très tendance aussi, alors que ce métier existe depuis la nuit des temps ! « Je m’inspire beaucoup de l’Amérique du Sud, où il y avait, et il y a encore, des gens qui tissent les vêtements pour tout un village, avec des motifs et des couleurs propres à certaines tribus ou communautés. Chez nous, cela a disparu. En tissant, je crois que l’on peut laisser survivre quelque chose de cela ».

Hermine-Van-Dijck-2_banner   07_Hermine Van Dijck

www.herminevandijck.com

 

9454419173_4a8f0b1aa3