Isabelle Saporta, enquête dans les mondes agricole et viticole

saportaJournaliste et auteure du Livre noir de l’agriculture et de Vino Business, Isabelle Saporta plonge le grand public dans les mondes alimentaire et viticole. Elle dénonce les « petits arrangements » entre amis auxquels se livrent certains grands propriétaires viticoles. Dans son ouvrage consacré au vin, elle indique que dans le classement pour les plus grands crus, le goût n’intervient que pour… 30% de la note ! Elle nous plonge aussi dans la question des pesticides, omniprésents dans le vignoble. « Les puissants du vignoble n’ont jamais été aussi puissants, et dans leur niche obscure, ils font un peu ce qu’ils veulent. C’est ma thèse. »

Quelle est sa vision du journalisme? « Je pars toujours d’une page blanche. Et je vais sur le terrain. Et j’y passe beaucoup, beaucoup de temps. Je travaille, je compile les données, je rencontre énormément d’interlocuteurs. J’arrive ainsi à pénétrer dans des milieux très fermés, dont je prends le temps de décrypter les rouages, de mettre au jour les systèmes…

Bien entendu, ça ne fait pas plaisir à ceux dont je dévoile les pratiques douteuses… Mais mon job n’est pas de faire plaisir, il est d’informer. Certains journalistes, surtout dans ces petits mondes où il fait si bon vivre, ont oublié qu’ils étaient détenteurs d’une carte de presse et qu’ils se devaient à un minimum de déontologie. Heureusement la nouvelle garde est en marche, et dans l’ancienne garde, il y a quelques résistants au cuir bien dur ! Je m’en réjouis. »

Isabelle Saporta a été fortement critiquée et on lui reproche son manque d’objectivité. Etant donné les milieux et les problématiques auxquelles elle s’attaque, ce n’est pas étonnant. Ses ouvrages ont le mérite de nous ouvrir les yeux sur les défis actuels et futurs et nous incitent à nous mettre davantage dans une position critique vis-à-vis de ce que nous mangeons et buvons…