L’héritage de Françoise Dolto

Carlos (Jean), Catherine, Franoise, GrŽgoire Archives DoltoFrançoise Dolto (1908-1988) a révolutionné la vision de la société sur l’enfance. Psychanalyste, passionnée par les questions liées à l’éducation. Plusieurs idées majeures ressortent de ses œuvres :

  • l’enfant est une personne
  • tout est langage (gestes, regards…)
  • le «parler vrai» : ne pas mentir à un enfant car «on ne peut mentir à l’inconscient, il connaît toujours la vérité». « L’enfant a toujours l’intuition de son histoire. Si la vérité lui est dite, cette vérité le construit»
  • l’image inconsciente du corps: pour Françoise Dolto, les dessins des enfants représenteraient leur propre corps ; la prise de conscience de son propre corps est une étape de l’individuation
  • le «complexe du homard» est une formule inventée par Françoise Dolto pour représenter la crise d’adolescence. «L’enfant se défait de sa carapace, soudain étroite, pour en acquérir une autre. Entre les deux, il est vulnérable, agressif ou replié sur lui-même»

Françoise Dolto reste souvent mal comprise et caricaturée. Ses théories ont émergé dans une société où la parole d’un enfant n’avait pas de valeur : il était supposé avoir des petites idées, des petits chagrins, des petites joies, des petites choses à l’image de sa petite taille. Dolto nous a fait comprendre que la parole d’un enfant a autant de valeur que celle d’un adulte. Mais en aucun cas elle ne dit qu’un enfant est un adulte.

Dolto est accusée de prôner chez l’enfant «le plaisir» avant tout le reste, au point de le couper de la réalité. Or, elle ne parle pas du plaisir, mais du désir de l’enfant. Et elle met des limites: elle dit que tous les désirs sont légitimes, mais que tous ne sont pas réalisables. Parce qu’il y a le respect de l’autre. Le rapport à la limite est posé dans toute l’oeuvre de Dolto. Elle dit que l’enfant a une place, mais pas toute la place. En aucun cas, il ne doit être au centre de la famille.

A l’époque de Dolto, la répression éducative prédominait, les enfants tout-puissants n’existaient pas. Il faut évidemment replacer ses propos dans le contexte de son époque. Nous sommes dans une ère « post-Dolto », et beaucoup des experts de la petite enfance aujourd’hui se basent sur son héritage pour établir les principes d’une parentalité positive!

Françoise Dolto a demandé que soit inscrit sur sa pierre tombale : «N’ayez pas peur !»