Avec Aude Diano, le théâtre et l’impro s’invitent en entreprise !

Aude-Diano-web-200x180J’ai eu le grand plaisir de rencontrer Aude Diano lors d’un forum organisé par Jump. Aude est à la tête d’une très belle aventure: proposer des formations aux entreprises qui sont de véritables jeux! Pari réussi: sa société, http://www.impro2.fr, aide avec succès les managers et collaborateurs à développer leur agilité professionnelle grâce à l’improvisation théâtrale!

Improviser aide à mieux prendre la parole, communiquer, gérer, vendre, négocier, demander – et surtout obtenir! – une promotion, répondre aux objections, convaincre et influencer. Comment cela fonctionne en pratique? Il s’agit d’expérimenter des comportements nouveaux dans le feu de l’action!

Le jeu théâtral permet d’explorer et de développer des compétences d’affirmation de soi d’une part et de coopération d’autre part. Il s’agit en effet de proposer un personnage, une situation et de pouvoir écouter et rebondir avec les autres.

Si théoriquement le monde de l’entreprise et celui du théâtre sont éloignés, en pratique ces deux mondes peuvent s’enrichir mutuellement. Et c’est logique car, quelle que soit sa fonction, nous avons, en tant que collaborateurs à une entreprise, des talents, des aptitudes de communication, de dialogue et d’écoute qui ne demandent qu’à être davantage déployés! Et c’est là qu’intervient l’équipe d’Aude, constituée de comédiens professionnels qui ont aussi l’expérience du monde ‘corporate’, des comédiens qui ont en quelque sorte une ‘double vie’!

Quel est son parcours? Aude a 10 ans d’expérience comme consultante en entreprise et coach de dirigeants et managers au moyen des techniques théâtrales. Elle a enseigné l’improvisation théâtrale à l’Ecole Polytechnique et à l’Ecole des Mines de Paris. Agrégée d’espagnol et Docteur de l’Université de Paris IV Sorbonne, elle a également enseigné à l’université, pendant six années.

Pourquoi avoir créé une entreprise? Aude a souhaité transmettre son savoir-faire théâtral tout en acquérant une liberté de décision. Elle désirait aussi pouvoir faire davantage confiance en son intuition. Longtemps elle a pensé: « l’entrepreneuriat, ce n’est pas fait pour moi », une croyance en partie liée à son milieu familial: une mère enseignante et un père ingénieur dans un grand groupe. Même si la culture d’entreprise était peu familière à Aude, ses parents l’ont toujours soutenue dans ses choix (même différents des leurs) et ils l’ont toujours encouragée à avoir confiance en elle. Aude a ainsi d’abord été enseignante avant d’oser se lancer. Aujourd’hui, elle est ravie de son choix! Elle a gagné en liberté – y compris financière – et en efficacité, tout en faisant ce qu’elle aime profondément! Elle se réalise professionnellement car ce qu’elle décide et ce qu’elle fait, cela ne dépend que d’elle!

Comment est-elle arrivée à la création de son entreprise? Les choses se sont faites progressivement, il y a eu différentes étapes de prise de conscience. Un des déclics fut son intégration dans un réseau d’entrepreneurs, ce qui lui a permis de rencontrer des personnes auxquelles elle pouvait s’identifier. Une autre étape importante fut son intégration au sein de structures de théâtre en entreprise. Elle a pu ainsi apprendre le métier, murir son idée et découvrir qu’elle avait les compétences pour se lancer.

A-t-elle eu peur des conséquences financières de son choix? Aude a eu des craintes mais « au fond de moi, je savais que je disposais de compétences valorisables. » Il s’agissait donc d’y croire et de tester le fait que ce qu’elle voulait proposer aux entreprises avait une valeur. Ainsi, elle conseille d’avoir déjà des acheteurs, des clients prêts à vous faire confiance avant de créer une structure commerciale.

A-t-elle trouvé l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle? Aude a lancé son entreprise au moment où elle était enceinte de son troisième enfant ! La recherche de l’équilibre s’est donc en quelque sorte imposée. Elle a instauré une discipline quant aux horaires, en profitant notamment des siestes de ses enfants pour faire avancer son projet!

Qu’a-t-elle appris depuis qu’elle dirige sa société? Aude considère que le profil de dirigeante de société est adapté à sa personnalité et à son caractère, ce qu’elle ne soupçonnait pas à l’époque où elle était enseignante. Elle avait alors la vision d’un chef d’entreprise – un homme forcément! – comme quelqu’un de froid, de très sérieux, qui doit savoir tout faire. Il lui a fallu ‘pulvériser’ cette idée! Elle a réalisé aujourd’hui qu’être à la tête d’une entreprise, ce n’est pas vivre en solo, bien au contraire ! Il s’agit d’agir en complémentarité avec son équipe et l’on peut rester soi-même! Aude a aussi réalisé qu’on ne peut pas motiver les autres à leur place, il faut lacher prise, accepter que l’on ne peut pas forcer les autres.

Quelle est sa vision des femmes dirigeantes d’entreprise? Selon Aude, les femmes disposent de ce qu’elle appelle un ‘leadership complet’, un leadership qui intègre aussi bien les polarités masculine que féminine, des ‘soft skills’, un savoir-être qui est tout aussi important qu’un savoir-faire.

tnQuels sont ses conseils? Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, Aude conseille d’effectuer un travail sur soi, de prendre le temps de comprendre le rapport que l’on a avec soi-même car c’est celui-ci qui va engendrer le rapport aux autres, et donc permettre le succès d’une entreprise. Il s’agit de se respecter soi-même, de savoir quelle valeur ajoutée on peut apporter à la société, d’avoir conscience que l’on ‘mérite’ une valeur. Si l’on ne se respecte pas soi-même, si on se sous-estime, « nous recréons des rapports non respectueux, on se ‘soumet’ à ses clients » et le fait d’avoir créé une entreprise n’apporte donc pas de changement.

En conclusion, comme le dit si bien Aude, dans la vie, comme dans l’impro, « rien n’est écrit à l’avance! » Je trouve le parcours d’Aude très inspirant et elle prouve que « tout est possible », même de gagner sa vie en exploitant ce qui était d’abord un hobby…