Sophia Amoruso, des puces … au web !

Sophia Amoruso est la jeune créatrice américaine d’un site de vente en ligne, http://www.nastygal.com. Elle est emblématique des possibilités offertes par l’e-commerce, même quand on n’a pas de diplômes ou de ressources financières pour se lancer… Car tout a commencé par une simple page de vente de vêtements vintage sur eBay, avec un premier article qui avait en fait été… volé par Sophia Amoruso ! Comme elle l’a confié à la BBC, la jeune entrepreneuse avait besoin de voler pour maintenir le niveau de vie auquel elle aspirait… En 2003, elle se fait prendre la main dans le sac… Aux médias américains, elle confiera que cet épisode a changé radicalement son existence. «J’ai appris à la dure que prendre des raccourcis et vivre gratuitement n’était pas vraiment vivre libre», expliquait-t-elle.

Elle a décidé alors de procéder autrement: dénicher des trésors aux puces et dans les magasins de l’Armée du salut. Pour mettre les vêtements en valeur,  Sophia Amoruso a fait poser des amies, «des filles sympas et jolies, et non pas des cadavres». Très vite, eBay ne suffisait plus à contenter ses admiratrices, toujours plus nombreuses. Un différend avec d’autres vendeurs du site la pousse à quitter la plate-forme et à créer son magasin en ligne.

Mais avec la notoriété vient l’exigence des clientes: celles-ci s’habituent à acheter des looks entiers sur le site et cherchent des tailles qui n’existent pas toujours, chaque pièce étant unique, chinée sur un marché ou trouvée sur le net. Sophia prend ainsi la décision de créer une ligne de vêtements: «uniquement des choses que je pourrais porter et qui me ressemblent».

Sophia Amoruso a créé son site web en 2006. Elle propose désormais des looks réalisés par des stylistes ‘maison’. Sa ‘petite’ entreprise génère aujourd’hui de l’emploi pour 350 personnes, un très beau chiffre d’affaires et plus d’un million de fans sur Facebook et Instagram!

Aujourd’hui elle veut s’attaquer à un nouveau défi: quitter le monde virtuel et ouvrir des magasins. Un « empire » en construction? Et vous, cela vous inpire-t-il des envies d’e-commerce? 🙂