Juliette Rennes, une sociologue engagée dans l’égalité

untitledJuliette Rennes, née en 1976, est docteure en science politique et maître de conférences à l’École des Hautes études en sciences sociales. Elle a publié Le Mérite et la Nature, où elle retrace la longue conquête par les femmes des professions de prestige. Rien ne fut facile pour ces pionnières (première médecin, première avocate, première ingénieure…): il a fallu combattre les préjugés comme celui de leurs dispositions «naturelles» à s’occuper des enfants.

Comment a progressé la cause des femmes? Ce qui intéresse Juliette Rennes, c’est la manière dont les féministes ont étayé leurs revendications à l’égalité et, inversement, les chemins intellectuels empruntés par leurs adversaires.

Cette curiosité pour les controverses sur l’égalité a d’abord poussé Juliette Rennes à travailler sur l’extrême droite, pour qui la justification d’une inégalité raciale ou culturelle est un point cardinal. Elle a consacré son mémoire à la genèse et à la diffusion de la notion de «préférence nationale». Quand on l’interroge sur ce premier choix de recherches, elle évoque ses parents, des militants communistes, et la transmission d’une sensibilité au combat antiraciste. Parallèlement, elle commence son travail de recherches sur les femmes dans le monde universitaire, où elle se trouve responsable d’un vaste programme de recherches sur «genre, politique et sexualité».

Elle affirme haut et fort ses convictions: « Nous croyons voir s’affirmer l’égalité des sexes au travail. Or on assiste à un renforcement de la ségrégation homme/femme : les emplois de service, secteur en pleine explosion, sont extrêmement «genrés», entendez que les emplois d’aide à la personne sont féminins, les métiers de l’informatique, masculins. Juliette Rennes travaille aussi sur l’âge, une inégalité sociale peu perçue comme telle. La vie professionnelle, et surtout affective, n’est-elle pas plus légère à un homme vieillissant qu’elle ne l’est à une femme ?

Juliette Rennes a abouti à projet innovant: un album de cartes postales, souvent satiriques, représentant des femmes exerçant un métier d’homme, Femmes en métiers d’hommes montre des doctoresses, femmes soldats ou gardes champêtres qui sont, par la caricature, l’exutoire des multiples résistances que l’on oppose à l’émancipation féminine de la fin du 19ème au début du 20ème siècle.

« Aucune de ces causes (féministe, antiraciste, homosexuelle…) ne doit être considérée séparément. C’est le vrai danger, que l’égalité des sexes et des sexualités, soi-disant mise en péril par d’autres cultures, serve à justifier des politiques hostiles envers les étrangers. »

Voilà une femme qui porte un regard entier et sans concession sur la société, ce dont on a tant besoin pour la faire évoluer …