Qu’on nous laisse choisir quand et comment nous voulons nos bébés !

Working-pregnant-womanFacebook et Apple sont prêtes à subventionner des congélations d’ovocytes pour « permettre aux femmes d’avoir des enfants plus tard », la congélation d’ovocytes offrirait aux femmes, selon ces entreprises, la possibilité de « ne plus choisir entre la carrière et les enfants ». Faut-il y voir un progrès ou une inquiétante dérive?

On peut présenter les choses de deux points de vue: d’un côté, il s’agit d’éviter la discrimination à l’égard des femmes, de l’autre, il s’agit de s’engager dans un processus de contrôle de la procréation pour que nous, les femmes, puissions nous consacrer encore plus pleinement à notre travail…

Le monde du travail est ainsi en train de s’immiscer toujours davantage dans la vie privée car si l’on peut de plus en plus recourir à la congélation des ovocytes, plus de raison de ne pas s’investir à fond dans son job, plus de nécessité de tenir compte des contraintes physiques et physiologiques liées à la maternité…

Je m’insurge contre le fait que ce ne sont pas des acteurs économiques, quels qu’ils soient, qui peuvent intervenir dans un choix aussi intime que celui d’une naissance. Si des entreprises prennent notre pouvoir de décision sur le choix de fonder une famille, sur le moment, sur la manière, c’est la porte ouverte pour toutes les dérives !

De plus, la congélation d’ovocytes ce n’est pas une solution miracle ! Les autorités médicales nous mettent en garde: si le taux de succès d’une fécondation in vitro est relativement comparable qu’elle soit effectuée avec un ovocyte vitrifié ou frais, il n’est jamais de 100%, et réduit quand l’âge augmente. Alors que, dans le même temps, s’accumulent les risques que comportent une telle grossesse, tant pour la mère que pour l’enfant.

Selon moi, l’enjeu est tout autre: il ne s’agit pas de contrôler notre fécondité mais de mettre en place, ensemble, hommes et femmes, employeurs et employés, des environnements et des modalités de travail qui permettent de rendre compatibles nos projets professionnels et privés !

Etre enceinte, être maman, ce n’est pas incompatible avec être une personne qui s’investit dans sa vie active ! Et encore moins – c’est ironique – étant donné les outils de communication dont nous disposons aujourd’hui grâce aux sociétés de la Silicon Valley ! Ceux qui ont créé les réseaux sociaux sont beaucoup moins innovants et créatifs que nous les femmes qui utilisons leurs services ! Même quand on vit une grossesse à complications, même quand on a de tous jeunes enfants, avec une connexion internet, on peut rester active !

Et si, avec nos partenaires, nous avons un projet de bébé alors que ce n’est pas forcément le ‘bon’ moment au niveau professionnel, qu’on nous laisse libres et que l’on nous estime capables de trouver des solutions… Nous pouvons, en tant que (futurs) parents, être responsables, ce n’est pas à notre employeur de prendre des responsabilités qui nous sont strictement personnelles !