Aurélie Nemours

an-am

Aurélie Nemours est née à Paris en 1910 et est décédée en 2005. Elle a consacré sa vie à la peinture. Elle s’était engagée dans la voie de l’abstraction à partir de 1949, développant une peinture construite à partir de couleurs pures et de formes géométriques issues du carré. Ses compositions sont strictement disposées dans le plan, fondées sur le croisement de l’horizontale et de la verticale.

Son travail se caractérise à la fois par sa rigueur mais aussi par une très forte sensibilité, voire une grande spiritualité. Pour Aurélie Nemours peindre, c’était « chercher la vérité du monde ». Elle avait, disait-elle, « la peinture dans le cœur et dans la tête ».

Aurélie Nemours fait partie des œuvres artistiques proéminentes de l’art concret et se présente comme la variante européenne d’évolutions américaines telles que le «Colour field painting» d’un Ad Reinhardt ou le «Minimal Art». Dans ses œuvres des années quarante et cinquante, les formes libres et les structures diagonales élaborent des motifs ouverts de surfaces colorées. Les œuvres sérielles regroupées sous le titre « Rythme du millimètre, les « Angles » si rigoureux, mettent en rapport deux couleurs ou plus. Aussi, les éléments formels irréguliers de la série « Nombre et hasard », les toiles rayonnantes des « Quatuors » et des « Colonnes » monochromes sont autant d’éléments constituant son œuvre.

Voici son atelier en 1987:

Copie_de_nemours11

Aurélie Nemours a d’abord entrepris des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Ecole du Louvre, puis de 1937 à 1940, elle a fréquenté l’atelier de l’affichiste Paul Colin et y a appris le dessin d’après modèle. De 1941 jusqu’à la fin de la guerre, elle s’est inscrite à l’Académie d’André Lhote qui lui donne « généreusement, un point de vue sur l’histoire de l’art, mais du côté du peintre et non de l’historien ». En 1948, quand Fernand Léger rentré des Etats Unis ouvre un atelier, Aurélie Nemours s’y rend. Durant deux années, elle y trouvera l’essentiel, la force d’un créateur, et la certitude que son œuvre doit désormais se construire dans la solitude. À cette époque, elle s’engage sans réserve dans la voie de l’abstraction. Elle a «enfin trouvé la force de la solitude».

Les œuvres d’Aurélie Nemours sont des tableaux de méditation qui, par l’extrême réduction des couleurs et des formes, visualisent les idées ou les lois sous-tendant les apparences et déclenchent des réflexions sur la globalité et le devenir de l’univers…

sans-titre