Le droit à l’avortement en France a 40 ans

veilAucune femme ne choisit d’avorter à la légère, toutes les femmes devraient avoir le droit d’avorter. Le droit d’avorter cela concerne les hommes et les femmes, la société toute entière. Quand les moyens contraceptifs nous lâchent, nous ne devrions jamais être seules, culpabilisées, livrées à la confusion et au désarroi. La contraception devrait pouvoir se vivre à deux, la responsabilité devrait pouvoir être partagée par les deux partenaires. Quel poids lourd à porter quand les choses ne se passent pas comme prévu, quand on se retrouve seule face à soi-même.

On le dit rarement mais le choix d’avorter, ce n’est pas que le choix des femmes. Dans certaines circonstances, c’est un partenaire qui ne veut pas d’un futur enfant, dans d’autres cas, c’est une décision qui se base sur des circonstances médicales.

J’ai beaucoup d’amies qui ont avorté, des femmes ‘éduquées’, sensibilisées, informées. Les moyens de contraception ne sont pas 100% fiables, notre corps nous réserve parfois de drôles de surprises. Aucune d’elles n’a vécu cet événement sereinement, psychologiquement et physiquement, cela reste une épreuve. Quel isolement encore et toujours pour les femmes. Quelle hypocrisie de condamner les femmes, de leur faire croire qu’elles sont contre la vie, c’est justement en prenant une décision difficile et courageuse que les femmes se respectent elles-mêmes, respectent leur partenaire et respectent la vie.

Désirer mettre fin à une grossesse qui engendrerait un être qui ne pourrait pas être accueilli dans les meilleures conditions, c’est faire preuve de grande maturité et d’altruisme, c’est être consciente des conséquences de ses actes, en assumer les impacts et veiller à son propre bien-être comme à celui d’un être en devenir.