Astrid Chaffringeon, directrice de Chantier(s) Art House

s1355_chantiers_c_saskia_vandersticheleAstrid Chaffringeon a créé un cocon à Bruxelles pour exposer les oeuvres d’artistes « coup de coeur », jeunes ou confirmés. Ce lieu est aussi un concept-store.

Quel est son parcours?  « J’ai passé mon enfance et adolescence entre Paris, Bruxelles, Madrid, Hong Kong et Montréal avant de me poser à Bordeaux puis en Corse pour élever mes trois filles à la campagne. J’ai commencé ma carrière professionnelle dans la presse écrite essentiellement puis après la naissance de mon aînée j’ai bifurqué dans l’enseignement et la recherche. Parallèlement j’ai toujours mené d’autres projets en rapport avec le stylisme d’intérieur et l’art pour des amis puis des clients. »

Pourquoi avoir créé ce lieu? « Avec mon compagnon, nous souhaitions ouvrir un lieu dédié à l’art contemporain qui ressemble à une maison, où l’on peut se poser pour boire un thé ou déjeuner, au milieu d’œuvres d’art, de meubles de designer ou d’objets du monde entier. Un lieu qui ressemble à notre façon de vivre, reflète nos envies de chaleur et de culture, loin des galeries habituelles. C’est aussi une sorte de showroom qui me permet de mettre en scène mon activité de stylisme d’intérieur. » « Ce lieu est parfois le point de départ d’un projet : à partir d’un meuble de créateur ou d’une ambiance, mes clients me montrent l’atmosphère qu’ils souhaitent retrouver chez eux. Mon travail consiste avant tout à créer du lien et de la cohérence. Souvent mes clients ont déjà acquis plusieurs pièces parce qu’ils ont eu un coup de cœur mais ne savent pas comment les mettre en résonance les unes avec les autres, et c’est là que j’entre en jeu. » http://www.chantiers-arthouse.com

Chantiers Art House, c’est aussi de la solidarité ! Du vendredi 16 janvier au samedi 14 février 2015, Corine Pagny présentera une collection de dessins de femmes issue d’une série réalisée dans le cadre du projet artistique et humanitaire «Repentir/Pentimento de Lampedusa à Calais» qui réunit une plasticienne (Corine), une comédienne, une journaliste et un photographe pour témoigner du sort des migrants. A Calais, ils ont rencontré les migrants au cœur même de ce que tous appellent la Jungle. Corine est particulièrement touchée par le sort des femmes et des enfants, et elle nomme la première femme qu’elle dessine Jungle Beauty. En plus du don des bénéfices liés à la vente des œuvres artistiques, l’équipe s’est rendue récemment à Calais pour rencontrer des migrantes et leur apporter des produits de première nécessité: chaussures de marche, manteaux, pulls, serviettes de toilette etc… mais aussi, comme me le disait hier David Lacour, directeur de Solid’r, des cadeaux qui leur feront plaisir, des brosses à cheveux, des shampoing qui sentent bon, de la crème hydratante… On peut déposer nos dons chez Chantier(s).