« No woman, No cry »… Que cessent les violences !

imagesXM28OD4C

« Les voix des femmes » est une campagne de communication inédite afin de lutter contre les violences sexuelles envers les femmes. Sous l’impulsion de l’association «Unissons nos voix», plus de 60 artistes féminines se sont réunies en chanson dans le but de mettre en lumière ce fléau. Le single de la reprise de la chanson «No woman, No cry» sortira le 8 mars 2015, journée de la femme.

A travers un livre, qui se présente davantage comme un documentaire, Nathalie Cougny a donné la parole à des femmes qui ont subi le viol, l’inceste et d’autres formes de violences. Certaines témoignent pour la première fois, avec beaucoup d’émotion et de pudeur. Elles ont souhaité le faire afin que chacun prenne conscience de l’ampleur des souffrances qui, bien souvent, ne guérissent pas complètement. Dix témoignages pour parler. C’est bien là l’essentiel : parler. Parce que c’est le début d’une reconstruction, d’un chemin, qu’elles prennent en toute liberté. Dire, pour que l’on entende bien tous, que ces comportements, ces actes barbares, doivent être punis et que des solutions doivent trouvées pour « soigner » cette violence.

Le livre nous informe des dernières lois mises en place et propose une liste ciblée d’associations, tout en nous rappelant les conséquences des violences sexuelles. Il aborde également largement l’impact des violences sur les enfants, les troubles du comportement liés à la violence, les cas de soumissions chimiques et comment réagit le cerveau face à la violence.

Le livre sera disponible sur demande pour avril 2015 – 16 € – Editions Sudarènes – Pour l’achat d’un livre, 2€ seront reversés à l’association « Unissons nos voix » – www.nathaliecougny.fr

Dans les campagnes concernant les violences faites aux femmes, les hommes devraient aussi avoir la parole… Si les hommes se révoltent aussi, si les enfants, les filles comme les garçons, sont sensibilisés, ce sera déterminant pour éradiquer toute forme de violence.

Dans la lutte contre mutilations génitales féminines, un projet « Men Speak Out » existe en Belgique, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, car on veut aussi entendre la voix des hommes…