Nous les femmes, affirmons notre valeur !

 

Businesswoman with dollar signs in the background

« Si c’est par leur travail et leurs efforts que les femmes ont acquis leur liberté, ce sera par la connaissance de leur valeur professionnelle et de leur sécurité patrimoniale qu’elles garantiront leur totale indépendance ! »  Voilà ce qui a motivé les auteures du livre « Femmes, osez (enfin) votre valeur ! »

Il s’agit d’un livre entièrement consacré à notre valeur, à la valorisation de nos carrières et de notre expertise professionnelle. Le livre aborde un sujet souvent tabou ou délaissé par nous les femmes : comment évaluer notre patrimoine ? Gérer notre vie personnelle, en général, nous sommes motivées et douées pour le faire ! Mais comment gérons-nous notre « matrimoine » ? Avons-nous des objectifs personnels concernant notre situation financière ? Savons-nous où nous en sommes et où nous voulons aller ?

Les auteures, Gisèle Szczyglak et Pascaline Le Berre, sont des pros de la question ! Gisèle Szczyglak est docteur en philosophie politique, entrepreneure et experte en mentoring et dans la carrière des femmes. Pascaline Le Berre est titulaire d’un DEA Sciences de Gestion à la Sorbonne, après un parcours international, elle s’est reconvertie dans le métier de conseiller en protection financière et gestion de patrimoine.

Pascaline Le Berre: « Je parle souvent des 5 dimensions de la vie des femmes pour mettre en évidence qu’il y en 4 qu’elles ont bien en tête (être fille de leurs parents, mère de leurs enfants, épouse de leur mari et professionnelle au travail) et une dimension qu’elles ont tendance à oublier: être femme-femme, c’est à dire être soi et agir pour soi. C’est pourquoi dans mon livre, je parle d’ “égoïsme positif” : penser à soi, savoir “qui je suis et combien je vaux” permet de mieux vivre, d’être sereine et de rayonner. »

« Une femme consciente de son patrimoine va savoir, avec plus ou moins d’acuité, la valeur de ce qu’elle est et de ce qu’elle apporte au foyer. Mais elle n’est pas forcément active par rapport à cela : elle peut par exemple déléguer toutes les questions financières à son conjoint ou rêver d’un-e assistant-e personnel-le pour s’en occuper. »

« Une femme consciente et active connait son patrimoine, pense à sa retraite dès la trentaine, se pose systématiquement la question du financement de ses projets. »

Il faudrait selon les auteures pratiquer la règle des 80/20 sur son temps de travail: 80% du temps professionnel et 20% pour la stratégie d’alliances et de réseau, la valorisation de son travail et la visibilité. Vous y êtes ?

Connaissez-vous une indépendance pleine et entière : indépendance intellectuelle, politique, économique ET financière ?!