Roman de Taiye Selasi: « Le ravissement des innocents »

ob_fee287_taiye-selasi-def

Taiye Selasi est écrivaine et photographe d’origine nigériane et ghanéenne. Elle est titulaire d’une licence de littérature américaine de Yale et d’un DEA de relations internationales d’Oxford. Elle a fait son entrée en littérature en 2011 en publiant dans Granta « The Sex Lives of African Girls ». Cette nouvelle, qui a fait sensation, a été reprise dans le recueil Best American Short Stories 2012. « Le ravissement des innocents » est son premier roman. C’est l’histoire de la  famille ghanéenne Sai qui est établie aux Etats Unis. Prospère et épanouie, la famille  vacille et tombe ce maudit jour où Kweku, le père, est injustement renvoyé de l’hôpital où il opère pourtant avec talent, reconnu comme étant le meilleur de l’établissement. Ce renvoi honteux expédie Kweku au tapis, incapable d’assumer ni même d’avouer cette infamie à son épouse et à ses quatre enfants. Il les abandonne sans explication et repart au Ghana sans avertir personne…

La romancière Taiye Selasi est elle-même ghanéenne, elle a vécu aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, ses parents sont médecins. La jeune femme dans ce roman initialement intitulé Ghana must go, et déjà traduit en 17 langues, dépêtre l’écheveau de la famille en quête perpétuelle d’un chez soi, d’un sentiment d’appartenance. Taiye Selasi a déclaré dans des interviews qu’elle se sent étrangère en Afrique, étrangère en Grande Bretagne, étrangère aux Etats-Unis, partout,  là où elle est née, où elle a vécu, a étudié, travaillé. Alors comment se sentir chez soi ? Sans doute en se demandant à qui on veut ressembler confie-elle…