Toutes à l’école !

Ecole Cambodge. Toutes ˆ l'Ecole.

La mission de l’association Toutes à l’école est de proposer une scolarisation de haut niveau aux petites filles les plus démunies, afin de les conduire à un métier qui leur apportera liberté et dignité. Pourquoi les petites filles ? Dans les pays pauvres, quand une famille a la possibilité de scolariser un enfant, c’est le garçon qu’elle choisit. La fille, dès la prime enfance, est reléguée aux tâches domestiques, puis doit travailler pour aider les siens. Ainsi, sur tous les enfants scolarisés aujourd’hui dans le monde, un tiers seulement sont des filles. Et sur les 900 millions d’adultes analphabètes, deux tiers sont des femmes. Ces millions de femmes n’ont pas les armes du savoir pour se défendre contre les mariages forcés, l’exploitation sexuelle ou domestique, les crimes d’honneur, la prostitution… Des femmes pourtant chargées d’éduquer les générations futures.

Le niveau d’instruction des filles signe le degré de liberté et de démocratie d’un pays. Les experts internationaux l’affirment : la scolarisation des filles est l’un des grands enjeux du millénaire. Dans les pays où l’éducation des femmes progresse, la mortalité infantile et la surnatalité baissent, la propagation des pandémies est mieux maîtrisée. Et une femme instruite peut à son tour éduquer ses enfants. Enfin, le niveau d’instruction des filles signe le degré de liberté et de démocratie d’un pays. C’est pour ces multiples raisons que l’association Toutes à l’école a choisi de développer une scolarisation de haut niveau pour les petites filles défavorisées, afin de les aider à devenir des femmes libres et des mères instruites.

Toutes à l’école, c’est le projet d’une vie, celle de Tina Kieffer, qui a fondé l’association:« Quand j’étais directrice de la rédaction de Marie Claire, j’ai toujours été très sensible aux injustices subies par les femmes dans certains pays du globe, et je connais l’immense part de responsabilité de l’ignorance et de l’obscurantisme. D’où mon choix de me tourner vers l’instruction des filles, seule façon à mes yeux de rendre le monde de demain plus juste et plus humain. Maman de cinq enfants dont une petite cambodgienne venue d’un orphelinat de Phnom Penh, mon amour pour les enfants, comme ma passion pour le Cambodge, ont motivé ma décision d’ouvrir une école dans ce pays. »

Pour en savoir plus, voici un reportage: Toutes à l’école

Nous pouvons parrainer une élève, lui donner très concrètement un avenir, suivre ses progrès scolaires et tisser peu à peu des liens avec elle. Nous pouvons aussi parrainer l’école, apporter notre soutien régulier à l’éducation des petites filles: http://www.toutes-a-l-ecole.org/je-parraine

Sereivouth Tieng, la Directrice depuis 2006 de l’établissement Happy Chandara au Cambodge, créé par l’association, est ancien professeur de mathématiques et ancienne victime des Khmers Rouges, est convaincue que la reconstruction de son pays passera par l’éducation: « à voir le potentiel des élèves et leur volonté d’apprendre, je sais que beaucoup d’entre elles occuperont demain des postes importants au Cambodge et aideront les autres à sortir du cercle de la pauvreté. »

PLAN intervient dans 50 pays et impacte la vie de millions d’enfants (http://plan-international.org).  Vous pouvez soutenir leurs projets d’éducation pour les filles et contribuer à une solution contre la pauvreté:

  • pour 15€/mois, 6 filles au Laos reçoivent une bourse d’étude pour l’école primaire
  • pour 24€/mois, 7 filles au Pérou bénéficient d’un enseignement maternel
  • pour 30€/mois, 12 filles au Niger fréquentent une école adaptée et sûre

Longue vive aux associations et merci de partager et de faire connaître d’autres projets pour la scolarisation des petites filles !