Stop aux mariages des petites filles

still_21_1

Tant de petites filles rêvent de se marier et de porter une jolie robe blanche pour célébrer « le plus beau jour de leur vie. » Toutefois, pour des millions de filles, le mariage n’a rien d’un rêve. Chaque minute dans le monde, 27 mineures sont mariées de force. C’est l’inacceptable réalité que dénonce Marie Gillain, Ambassadrice de Plan Belgique, dans son film-choc contre les mariages d’enfants. Elle donne ainsi le coup d’envoi de la campagne Stop aux mariages d’enfants, lancée le 11 octobre à l’occasion de la Journée internationale de la fille.

Ce film du jeune réalisateur Loïc Delvaulx nous fait d’abord partager un moment complice et joyeux, au réveil, entre Marie Gillain et sa fille de 11 ans. Comme dans un jeu, la petite enfile une robe de mariée trop grande pour elle, saute sur le lit et rit à perdre le souffle, comme seuls les enfants peuvent le faire. Peu à peu, le regard de Marie se fait plus grave. Quand elle quitte la chambre, elle ferme symboliquement la porte sur l’enfance de sa fille, qui ne rit plus. Soudain les mains qui retirent le voile de la petite ne sont plus les mains douces et rassurantes de sa maman, mais celles d’un homme, son mari, qui s’apprête à consommer les noces.

Pour la fille de Marie Gillain, ce mariage n’est qu’une fiction. Mais pour des millions de mineures, l’injustice du mariage précoce est une réalité. Chaque minute dans le monde, 27 filles de moins de 18 ans sont mariées de force. La comédienne, qui porte nos messages depuis 8 ans déjà, explique sa démarche:

Marier ma propre fille dans ce film est un choix mûrement réfléchi et chargé de sens. Je sais que sous d’autres latitudes, dans d’autres circonstances, ma fille serait peut-être déjà mariée, voire même enceinte. Tourner ce spot avec elle a été une manière d’éveiller sa conscience et de la faire participer activement à ce combat contre les mariages d’enfants. »

Le but de ce film ? Rendre la problématique des mariages d’enfants plus tangible pour le public belge et rappeler à notre gouvernement qu’il est temps d’agir contre cette violation inadmissible des droits des filles. Les autorités belges se sont engagées à mettre un terme aux violations des droits de l’homme et de l’enfant, comme les mariages précoces et forcés. Plan Belgique appelle la coopération belge au développement à tenir ses engagements en soutenant ses pays partenaires, comme le Niger, la Guinée ou le Burkina Faso, à mettre en place des plans d’actions nationaux contre les mariages précoces.

Plan mène plus de 30 programmes dans le monde entier pour faire interdire les mariages de mineurs d’âge et encourager l’égalité des sexes. Nous menons un plaidoyer auprès des autorités et sensibilisons la population, avec l’aide de la jeune génération. Bien-sûr, nous investissons en priorité dans l’éducation et la formation professionnelle des enfants et des adolescentes, car une fille scolarisée pendant 9 ans minimum a trois fois plus de chances d’échapper à un mariage précoce.