Nous les femmes sommes déterminantes dans la lutte contre le changement climatique !

SONY DSC

Pourquoi les femmes seraient-elles une clé différente, voire LA clé pour progresser sur le changement des comportements, des pratiques et des idées? En Afrique ou en Asie, deux continents déjà très impactés par le réchauffement climatique, elles sont les premières victimes des désordres du climat, comme les premières actrices de la société. « 70 % de la nourriture en Afrique est produite par les femmes, a indiqué la ministre marocaine de l’Environnement, Hakima El Haite, mais à peine 12 % d’entre elles sont propriétaires des terres. » « Quand la sécheresse frappe, donc quand il y a pénurie d’eau et insécurité alimentaire, ce sont elles qui prennent la communauté et les enfants en charge tandis que les hommes partent souvent plus loin », déclare Lakshmi Puri, directrice exécutive de ONU Femmes. En Inde comme ailleurs, les femmes sont en ligne de front. Participer à leur empowerment, leur donner les moyens de conduire sur le terrain des initiatives d’agroécologie, de développement responsable et solidaire, c’est cela, réussir le changement climatique. Au Mali, la jeune entrepreneure Awa Meité Van Til, avec une dizaine de femmes mères de famille, a développé une gamme de produits en coton et plastique recyclés: «Pour les femmes du sud, le défi environnemental est aussi celui de la reconstruction de soi», a-t-elle indiqué.

Laurence Tubiana porte la négociation Cop 21 pour la France, Christiana Figueres est la « Madame Climat » des Nations Unies, Reta Jo Lewis a été la principale architecte de l’engagement global des Etat-Unis concernant le changement climatique, Mary Robinson, la très populaire ex-première femme présidente de la république d’Irlande est, à 71 ans, farouchement dévouée à la promotion des femmes et à la lutte contre le dérèglement climatique. Mais les femmes sont encore trop minoritaires parmi les mandataires internationaux qui planchent sur le climat depuis plus de vingt ans. Il faut que cela change !

Les femmes seraient-elles plus sensibles au réchauffement climatique? Si l’on en croit une étude publiée dans le numéro de septembre de la revue Population and environment, les femmes sont plus convaincues de la réalité du changement climatique et s’en préoccupent plus que les hommes.

Peut-on dresser un parallèle entre la condition des femmes et celle de l’environnement? C’est sur ce point que s’appuie la pensée écoféministe qui considère qu’il y a un lien entre l’oppression des femmes et l’oppression subie par notre Planète. Agression industrielle et agression physique, destruction environnementale et violence des hommes à l’encontre des femmes … L’écoféminisme analyse conjointement les notions de capitalisme et de patriarcat et constitue un large mouvement qui s’étend à travers le monde et qui vise à redonner des droits aux femmes et à la Planète.

Nous les femmes serions-nous plus écolos que les hommes? Des enquêtes en France indiquent qu’une majorité de femmes seraient volontaires pour l’abandon de l’automobile au profit des transports en commun, pour l’interdiction des OGM, pour payer plus cher des énergies non polluantes, pour des achats écoresponsables.

Le temps est à l’action ! Que nous soyons ou non plus écolos dans l’âme, ce qui importe aujourd’hui c’est que nous les femmes adoptions des comportements et choisissions des produits qui feront diminuer la consommation d’énergie, et que les voix des femmes soient aussi entendues dans le cadre des négociations actuelles… Que la Cop 21 à Paris démontre que nous serons entendues !