« Debout les mères, réveillez-vous ! »

XVMf2e1e0a2-b39e-11e5-80b2-dce2d53edb49

«J’ai dit aux mères: c’est à nous de nous réveiller, l’urgence est maintenant !» Nadia Remadna en appelle au pouvoir des mères, qui restent selon elle sous-estimées. Nadia Remadna a écrit un livre intitulé «Comment j’ai sauvé mes enfants». Elle aurait voulu être avocate, elle a fait une carrière dans le social et est aujourd’hui «référente famille» en Seine-Saint-Denis. Elle a 4 enfants. Elle les a élevés seule, après avoir divorcé d’un mari autoritaire. Elle ne voulait pas leur faire revivre son cauchemar, elle, enfant d’un père tyrannique qui l’a emmenée en Algérie à ses 13 ans. C’est seule qu’elle a éduquer ses enfants et gérer les coups durs. Elle a fondé la Brigade des mères, une association qui tente de résoudre les situations d’urgence (élèves exclus de l’école, femmes battues, jeunes en voie de radicalisation islamiste).

«Plutôt que d’attendre la fatalité, on s’entraide pour que les jeunes fassent des études, pour devenir autre chose que dealeur, bagagiste, terroriste ou aide à domicile» Nadia Remadna

« Nous voulons que les lois de la République soient appliquées pour sauver les mères et les enfants. Nous sommes contre la radicalisation, l’islamophobie, l’antisémitisme. La victimisation, le clientélisme, c’est terminé. » Nadia Remadna

Elle en veut aux élus de céder aux sirènes du communautarisme, de financer des « associations-couscous » à des fins électoralistes, de marchander la laïcité pour acheter la paix sociale. Elle a fait partie des 100 femmes à l’honneur à l’Elysée en 2015. Elle en avait profité pour lui demander : « Pourquoi, quand il arrive un drame en banlieue, j’ai remarqué qu’on convoque les imams, les élus, les présidents de club de foot, tout le monde et jamais, jamais les mères ? »

Voici quelques extraits du livre de Nadia Remadna:

«J’ai voulu comprendre. Comment ça se fait que ce sont les enfants d’origine immigrée qui finissent le plus souvent mal ? Ils fréquentent pourtant l’école française. Pourquoi non enfants plus que les autres se retrouvent au commissariat, au tribunal, au conseil de discipline ? Pourquoi, même quand ils ont tout fait bien, ils se retrouvent au chômage, plus que les autres français ? Pourquoi nos enfants ? Avant on craignait qu’ils tombent dans la délinquance, maintenant on a peur qu’ils deviennent terroristes. »

«On doit occuper le terrain, oser entrer dans les cafés, oser boire une menthe à l’eau en terrasse, oser nous asseoir sur les bancs après 18 heures quand nos quartiers ressemblent à des villes sans femmes. Et puis après il faudra occuper le terrain politique. »

«Je n’ai jamais rencontré de mère démissionnaire. Quand tu as un enfant, c’est à vie. Pas de retraite pour les mères, ni à 40 ans ni à 62 ans, ni à 80. Mais par contre, j’ai vu des mères usées, épuisées.»

Nadia Remadna espère concrétiser son projet d’«Ecole des mères et de la République» dans les quartiers. «L’objectif serait de sortir les familles de leurs problèmes et d’écarter les jeunes des dangers de la banlieue, notamment la radicalisation et la drogue», explique-t-elle. Elle prévoit des modules tels que «du droit, et de la philosophie pour l’ouverture d’esprit car les gens sont enfermés dans leur culture et leurs traditions», et recherche actuellement l’aide de partenariats.

Le livre de Nadia Remadna «Comment j’ai sauvé mes enfants»:

Je crois en effet qu’il est temps que les mères, ET les pères se réveillent… Les frères, les soeurs, l’entourage, nous tous, réveillons-nous…