Imaginez si les hommes portaient le voile…

sans-titre

A l’heure où le débat sur le port du voile fait à nouveau la une de l’actu, j’ose une idée saugrenue: imaginez si ce débat ne concernait pas les femmes mais les hommes. Imaginez si la question de se montrer un peu, beaucoup ou pas du tout à travers ses vêtements concernaient les hommes. Ce débat semblerait idiot n’est-ce pas?

Quelle femme aurait à redire sur le fait qu’un homme sorte avec ou sans de quoi se couvrir la tête… ou en portant un short plutôt qu’un pantalon long… ou arborant un col de chemise plus ou moins ouvert… Cela semblera-t-il un jour aussi saugrenu que de s’interroger sur notre manière de nous vêtir nous les femmes? Ce jour-là ne semble pas prêt d’arriver et j’écoute avec beaucoup d’attention les raisons des uns et des autres. Aujourd’hui, je m’interroge: comment pouvons-nous encore être aussi loin de l’égalité hommes-femmes alors que nous les femmes représentons la moitié de l’humanité…

Je pense de plus en plus que le mot ‘féministe’ devrait être remplacé par sa négation: ‘non sexiste’ car si on prend un immense recul dans ce débat sur le voile, qu’est-ce qui est en question? N’est-ce pas notre incapacité nous les femmes à nous faire respecter, quels que soient nos choix?

Notre façon de nous habiller en dit long sur notre manière de fonctionner en société, sur notre rapport à nous-mêmes, par rapport à notre sentiment de valorisation, d’estime, de confiance, en nous-mêmes et en ceux qui nous entourent. Il me semble que la question de la religion se superpose à des considérations sexistes qui existent quels que soient les pays où nous vivons, quelles que soient les religions pratiquées.

Je suis une occidentale qui est très triste de voir des femmes cachées, réduites à l’anonymat, que l’on souhaite invisibles, cela me trouble profondément. Cela m’attriste et m’inquiète aussi de voir des jeunes filles et des femmes réduites à la surexposition, à l’obsession de leur apparence physique. Si nous étions toutes respectées comme étant des êtres à part entière, qui n’auraient ni besoin d’être inexistantes pour ne pas éveiller les désirs des hommes, tout comme des êtres qui n’auraient pas besoin de tout miser sur leur physique pour conserver le désir des hommes, nous n’en serions plus à ce débat.

Plutôt que d’attendre que la société évolue, nous les femmes, faisons-nous respecter, aimons-nous, entraidons-nous !