Regrettez-vous d’être mère ?

issue21motherhood_ArticleImage

Etre mère, est-ce pour vous une source d’épanouissement ou au contraire un obstacle à votre développement personnel ? Peut-on regretter d’être mère ?

L’étude « Regretting Motherhood » de la sociologue Orna Donath et « Le mensonge du bonheur maternel » de Sarah Fischer, parmi bien d’autres ouvrages, témoignent du fait que le mythe de la mère pleinement épanouie dans son rôle maternel s’effrite. Beaucoup de mères s’insurgent contre l’idée que le bien-être d’un enfant repose toujours essentiellement et d’abord sur sa mère, ce qui rend la maternité trop lourde à porter.

« Voilà que les enfants sont les parasites du bien-être. Ils perturbent maman dans sa quête de soi », se moquait l’hebdomadaire allemand Die Zeit il y a quelques semaines. Enfants-parasites versus enfants-rois ? Et si tout cela était lié car le problème n’est-il pas que – aussi bien pour les pères que pour les mères – nos enfants deviennent l’unique centre de nos vies ? Que nous nous laissons ‘parasiter’ en quelque sorte volontairement, notamment parce qu’avec notre temps de travail à rallonge, le temps avec nos enfants devient plus sacré que jamais ?

Etre mère pour moi, c’est un accès à des ressources insoupçonnées, dont le dépassement de mon égoïsme très naturel ! C’est une source d’émerveillement et de bonheur profonde. C’est le retour aux choses essentielles. Mais c’est aussi beaucoup de fatigue accumulée, des activités supprimées ou retardées. Ma patience et ma tolérance n’ont jamais autant été mises à l’épreuve !

Je ne regrette pas d’être mère parce que j’ai été dans les bonnes conditions pour le devenir – que ce soit au niveau de mon âge, de ma situation de couple, de ma situation professionnelle. Je ne regrette pas d’être mère parce que je ne m’oublie pas, je continue à prendre soin de moi et de mes projets. Je ne regrette pas d’être mère parce que j’ai un compagnon qui est un papa qui s’implique autant que moi. Ainsi il est facile pour moi de ne rien regretter. Mais je comprends parfaitement qu’une mère puisse se sentir dépassée par les événements et avoir des regrets. Tout comme je comprends parfaitement que les femmes qui veulent devenir mamans et qui ne le sont pas encore puissent se révolter à l’idée que des mères puissent regretter la maternité.

Ouvrir ce débat me semble très sain. Il y a bien une vie ‘avant’ et ‘après’ la vie d’une maman. Il y a des choses qui sont différentes à tout jamais. Plus nous pouvons échanger concernant nos états d’âme, plus cela pourra influencer la vision de la maternité et de la parentalité.

Y a-t-il un débat parmi les pères ? Regrettent-ils parfois d’être papas ? Ce débat serait tout autant intéressant 🙂

Merci à vous de réagir dans les commentaires !