Theresa Kachindamoto, celle qui annule les mariages précoces

UN Women Executive Director Phumzile Mlambo-Ngcuka meets with Chief Inkosi Kachindamoto from Malawi during the 60th session of the Commission on the Status of Women (CSW). Photo: UN Women/Ryan Brown

Au Malawi, Theresa Kachindamoto mène depuis des années un combat sans relâche contre les mariages précoces. Le Malawi détient le sinistre record du plus haut taux de mariages précoces dans le monde : 50% des petites filles sont mariées avant leurs 18 ans. Les mariages arrangés représentent souvent un moyen pour les familles de ne plus avoir à charge une fille, considérée comme un fardeau économique. Le taux très élevé des mariages infantiles est dû à la dot que touchent les familles en mariant leurs filles : ces arrangements leur permettent très souvent d’éponger une partie de leurs dettes.

7532279-11620291

Au Malawi, moins de 45% des filles dépassent la dernière année de primaire. Ce manque d’éducation fait automatiquement d’elles des femmes vulnérables aux violences de genre, aux abus sexuels et aux violences domestiques, par exemple. Cela les place dans une situation de dépendance vis-à-vis des hommes qui restreint considérablement leur liberté et leurs droits.

Née à Dedza, Theresa Kachindamoto travaillait comme secrétaire dans une université d’un autre district du Malawi depuis 27 ans quand elle a été appelée pour prendre la tête des 100.000 habitants de sa région natale. Elle est l’aînée d’une fratrie de 12 enfants et elle avait toujours imaginé que l’un de ses frères finirait par devenir chef du district. Pourtant, ayant observé sa manière d’interagir avec les gens, c’est elle que les doyens du village ont décidé de nommer chef ! À son arrivée, elle est scandalisée à la vue des fillettes de 12 ans qui ont un bébé au bras. A ce jour, Theresa Kachindamoto, malgré les nombreuses menaces reçues au quotidien, a permis à 850 mariages arrangés d’être empêchés et annulés.

Theresa Kachindamoto a cherché à faire abolir le « droit coutumier », c’est-à-dire l’accord entre les chefs de village et les parents de l’enfant qui permet de contourner la loi et de valider le mariage d’une mineure. Inflexible malgré les menaces de mort qui pesaient sur elles et le tollé général que son combat provoquait, elle a convoqué en 2015 ses 50 chefs adjoints et leur a fait signer un accord interdisant cette tradition et annulant tous les mariages officialisés jusqu’à présent. « Que vous le vouliez ou non, je vais mettre fin à ces mariages » , leur a-t-elle annoncé. N’hésitant pas à prouver la force de son engagement, elle a été jusqu’à suspendre 4 d’entre eux qui refusaient d’abolir les mariages déjà validés jusqu’à ce qu’ils obtempèrent.

Theresa Kachindamoto sait que l’éducation est la clé d’un avenir meilleur, alors elle veille à ce que tous les enfants libérés, filles comme garçons, retournent à l’école. Ne pouvant pas être partout à la fois pour le garantir, elle s’est constituée un réseau secret de parents chargés de lui signaler tout écart. Si c’est pour des raisons financières qu’une famille n’envoie plus son enfant à l’école, elle offre de payer elle-même les frais ou bien s’arrange pour trouver des sponsors. Elle invite régulièrement des célébrités nationales à venir partager leur expérience dans les villages et écoles pour créer des vocation et motiver les jeunes filles.

theresa-kachindamoto1460615793

« Je dis toujours aux parents : si vous envoyez vos enfants à l’école, vous aurez tout à l’avenir. »

 » L’éducation des filles est une nécessité, le seul moyen de leur donner les armes nécessaires pour qu’elles puissent se dégager du poids des coutumes sociétales qui les enferment. »

« Pour ma part, je préfère mourir impopulaire que de ne rien faire pour les droits de ces enfants. »

« Ces petites filles iront à l’école coûte que coûte. »

Même si sa démarche demeure encore souvent contestée, les mentalités évoluent progressivement grâce à la tenacité de Theresa Kachindamoto.

Voilà une héroïne qui veut changer les lois et les esprits en faveur des femmes de Malawi. Pourvu que son combat l’emporte et entraîne beaucoup d’autres pays…