A la verticale de soi

02_itv21

Que peut nous apprendre une championne du monde d’escalade à nous les femmes ? Stephanie Bodet a écrit A la verticale de soi, elle nous propose une magnifique philosophie de vie empreinte de bienveillance:

« En écrivant, j’avais sans cesse à l’esprit ces mots du poète Christian Bobin, extraits de Prisonnier au berceau : « J’écris ce livre pour tous ces gens qui ont une vie très simple et très belle, mais qui finissent par en douter parce qu’on ne leur propose que du spectaculaire ». Je rêvais d’ouvrir le livre sur cette citation mais j’ai craint qu’on ne prenne cela pour une boutade, tant, de l’extérieur, la vie d’un grimpeur pro peut sembler spectaculaire…
Alors, j’ai tenté de parler de l’intérieur et j’ai mis dans ce livre toute ma vie, toute mon âme.

« Vous y trouverez des souvenirs d’enfance, des récits de voyage et d’escalade – l’évocation de ces belles heures « suspendues  » et de la magie des hauts lieux qui nous sont chers – mais aussi la vie de tous les jours qui n’est pas faite que d’exploits ni de performances, mais de périodes de deuil, de questionnements, de fragilité. Des instants que le simple retour à la nature et au rocher permettent de traverser avec plus de légèreté. La vie est un exercice de funambule !

stef%20dsc03294-jpeg

C’est l’histoire d’une enfant asthmatique qui serre très fort un caillou dans sa main pendant le supplice des cours de gym. D’une petite fille sensible qui aime rêver hors des sentiers. Qui du plus loin qu’elle se souvienne a choisi de regarder sa vie de haut, à la verticale de soi. Perdue pour le sport, Stéphanie Bodet s’est vouée à l’escalade. Dans tous les sens du terme. Des années de compétition aux vagabondages verticaux sur des parois lointaines, elle s’émerveille des bivouacs glacials sous les étoiles, de la puissance de l’amour et de l’éclat des heures suspendues comme un contrepoint à la lourdeur des jours.

C’est l’histoire d’une jeune femme de 40 ans qui, à l’heure des rendez- vous avec soi-même, se livre avec une totale sincérité, à l’affût de ses doutes, de ses fragilités, dans sa recherche d’une vie « vraie » dont le sens est sans cesse à réinventer. Championne d’escalade et aventurière, Stéphanie Bodet explore toutes les facettes de l’ascension depuis plus de vingt ans.

Stéphanie Bodet est née en 1976, à Gap, dans les Hautes-Alpes. Vainqueur de la Coupe du Monde d’Escalade de bloc en 1999, elle partage sa passion des voyages verticaux avec son compagnon Arnaud Petit. Du Pakistan aux États-Unis, en passant par le Venezuela, le Maroc ou la Patagonie, elle parcourt la planète à la recherche des parois les plus vertigineuses. Stéphanie est devenue, en 2007, la troisième femme à gravir intégralement en libre et en tête, El Capitan, dans le Yosemite.

Stéphanie Bodet nous livre sa vision profonde de la vie, de manière poétique, intime, sincère. Je lui dis merci du fond du coeur !

Le livre de Stéphanie Bodet, A la verticale de soi: