Le monde du travail est-il adapté à notre vie de (future) maman ?

Le 31 octobre dernier, des March of the Mummies (les marches des momies, un jeu de mot car en anglais, « maman » et « momie » sont des homonymes) ont eu lieu un peu partout en Grande-Bretagne et en Irlande du Nord pour sensibiliser les pouvoirs publics sur le quotidien des mères qui, de retour de leur congé maternité, doivent subir harcèlement, placardage et autres remarques acerbes de la part de leur direction.

Selon un rapport mené en 2016 par la Commission Égalité et Droits humains (CEDH) auprès de 54 000 mères actives britanniques et irlandaises du Nord, 77% d’entre elles ont déclaré qu’elles avaient eu une expérience négative ou éventuellement discriminatoire pendant leur grossesse, leur congé maternité et/ou à leur retour de congé maternité.

Une mère sur cinq (20%) avait déclaré avoir été victime de harcèlement ou de commentaires négatifs liés à sa grossesse ou à ses horaires de travail aménagés de la part de son employeur ou de ses collègues. Une répondante sur dix (10%) affirmait même avoir été découragée d’assister à ses rendez-vous prénatals. Pour certaines futures mères et mères de famille (11%), ce harcèlement pour maternité et pour discrimination les a même forcées à quitter leur emploi, qu’elles aient été licenciées ou poussées insidieusement vers la sortie.

Les mummies espèrent bien faire bouger les choses et mobiliser les pouvoir publics. Elles se retrouvent autour de cinq revendications principales : augmenter les délais de 3 à 6 mois minimum pour porter une action en justice, demander aux entreprises de déclarer combien de demandes de travail flexibles sont faites et combien sont accordées. Elles souhaitent aussi que les deux parents aient accès à 6 semaines de congé parental payé à 90% du salaire, que soit donné aux travailleurs indépendants l’accès à une rémunération parentale partagée statutaire et qu’enfin, que les gardes d’enfants soient subventionnées dès 6 mois au lieu de 3 ans.

Quelle est votre expérience ?

Quelles sont vos revendications ?

Comment souhaitez-vous que le monde du travail évolue par rapport à la maternité et à la parentalité ?