Pour être heureux… mieux vaut-il être un homme ?

Selon une enquête réalisée par la mutualité Solidaris en France et en Belgique, le profil-type de la personne heureuse est un homme de plus de 60 ans, actif, en couple et sans enfants !

Les femmes souffriraient davantage d’insomnie, feraient moins de sport, auraient moins d’opprtunités de promotion dans leur job, disposeraient de moins de temps libre, se sentiraient plus stressées… Sympa le tableau n’est-ce pas ?

Les injustices dans le monde du travail

Lorsqu’on demande aux salariés pour quelle raison ils ont pu être traités de manière injuste, celles liées au sexe et à l’apparence physique atteignent 20% mais ce chiffre passé à 40 % si l’on tient compte uniquement des réponses des femmes de moins de 40 ans !

Ce sont en majorité les femmes qui globalement ont les salaires les plus bas – une femme sur cinq est rémunérée à bas salaire en Europe – et à l’inverse ce sont en très grande majorité les hommes qui gagnent les plus gros salaires !

La hiérarchie des priorités

Beaucoup de femmes privilégient le bien-être familial au détriment de leur vie professionnelle et le paient… parfois bien des années plus tard: temps partiel, interruptions de carrière, refus de promotions, tout cela impacte la retraite… Nous les femmes prenons moins soin de notre patrimoine et de notre parcours professionnel, or avec une espérance de vie plus longue, un risque plus élevé de monoparentalité ou de veuvage, c’est nous qui en avons le plus besoin…

Familles monoparentales

Entre 35 et 49 ans, près de 15 % des femmes sont des adultes d’une famille monoparentale, pour seulement 3 % des hommes en France.

Comment renverser cette situation ? Comment valoriser notre travail, qu’il soit rémunéré ou non ? Comment mieux équilibrer la charge mentale et les contraintes familiales ? Comment metre fin aux inégalités salariales ? Toutes ces questions sont liées et nécessitent que nous les femmes, avec vous les hommes, prenions notre bonheur en main !